Browsing Tag

froid

    LIFESTYLE TRAINING

    Courir en hiver

    Screen Shot 2014-12-11 at 22.52.06
    photo du trail Salomon de l’Ubaye (c) Stéphane Pillet

    Non, non, je vous rassure. Pas encore un article sur comment courir par -15 degrès ou quoi porter, il y en a de très bien ici ou .

    Mais nul ne peut nier que l’hiver est souvent LE moment où la plus motivée des coureuses de l’été va lâcher prise.

    Il fait froid, il fait nuit le matin, nuit le soir, les parcs sont fermés et courir seule n’est pas toujours synonyme de tranquilité d’esprit.

    J’ai moi même commencé à courir en été. Le 28 juin 2013 pour être exacte (ne me demandez pas comment je me souviens de cette date précisément…).

    De juillet à août j’ai couru tous les jours, à Paris et dans mes lieux de villégiature estivale.
    Et fin août est arrivé avec la promesse de septembre et des jours moins lumineux. Je savais que je ne pourrais plus partir tranquillement à 21h courir mes 4 tours du parc quotidiens.

    Et donc j’ai envisagé un plan B en urgence.
    D’abord, le plus naturel pour moi, fille moyennement sportive: le club de sport.

    Donc RV dans une salle non loin de chez moi pour un tour de tapis.

    Pour être honnête,  j’étais pas loin de signer le contrat “1 an sans engagement ou presque” malgré le plafond bas, le tapis avec vue directe sur une rue glauque et les odeurs corporelles prononcées.

    Et là, mon podologue m’a sauvée. En discutant avec lui, il me lance entre deux essayages de semelle “mais vous savez, vous devriez vous entrainer en club d’athlé”.

    Ahah la bonne blague.

    Voyons le tableau: je mesure 1m 53 -pas vraiment un gros gabarit- , porte au quotidien des talons de 10, et tout l’attirail de la fille “qui bosse dans la mode”, j’ai terminé bonne dernière de la seule compétition que j’ai jamais eu l’occasion de faire au collège et j’ai une tendance très prononcée à aimer mon petit confort – glamour le confort si possible.

    Alors l’archétype du club avec des types qui préparent leur marathon en faisant des pompes à même le sol, très peu pour moi.

    Et pourtant j’ai testé (mon côté “ne mourrons pas idiots”) et un an et demi plus tard, j’y suis toujours, et ravie qui plus est, mais c’est une autre histoire.

    Toutes ces digressions pour dire qu’aujourd’hui, je m’entraine régulièrement en hiver, avec mes copains du club, mes copines tout court ou seule, qu’il vente ou qu’il neige.

    Screen Shot 2014-12-11 at 23.22.48
    petit jogging avant séance de fractionnés

    Et non seulement, enfiler mon legging et mon bonnet après le travail pour ressortir dans le froid ne me dérange pas mais en vrai, j’y trouve une immense satisfaction.

    Celle de se faire du bien en toute saison. Celle d’affronter l’hiver et de gagner.

    Avant de tomber dans la marmite du running j’étais vraiment météopathe. Je supportais très mal la chute des températures, redoutais les mois froids et m’enfermais volontiers les week-ends à la maison.

    Je ne saurais pas dire exactement pourquoi mais depuis que je cours, j’appréhende l’hiver autrement. J’ai l’impression d’être plus à l’aise avec le froid. D’avoir un rapport plus sain aux éléments, oui, même si je cours essentiellement dans la rue ou en stade.

    Et surtout, je surkiffe de courir sur une piste en tshirt par 2 degrès parce que le fractionné, ça réchauffe pas mal.

    J’aime tellement ça que pour la première fois de ma vie, je me suis inscrite au SnowTrail Salomon cet hiver, sur la neige oui oui. Et trop excitée d’y participer. Courir dans la neige, ça doit être une expérience dingue. En tous cas, un chouette moyen d’affronter le pire mois de l’année: février.

    Et puis, n’oublions pas “summer bodies are earned in winter” alors zou, qui va faire son petit 10K/sa sortie longue ce week-end ?