LIFESTYLE TRAINING

Cherche (et trouve) la motivation au fond de toi

Screen Shot 2015-02-10 at 22.46.56

Et nous y voilà.

Février, le pire mois de l’année. Il fait froid, on en a marre après trois mois sans lumière. Les vacances ne sont pas encore là (mais bientôt quand même) et surtout il fait froid.
Ah, je l’ai déjà dit ?

Donc le soir, tu sors du bureau avec ton bonnet, ton écharpe et tes gants. Et là, il faut se changer, ressortir dans la nuit pour courir.

Franchement pas évident et même pour les plus accros d’entre nous, dur dur de trouver la motivation soir après soir pour s’y coller.

Ce qui me fait tenir so far ?

un objectif clair.

En l’occurence pour moi, le marathon du 12 avril (mais ça peut être le semi, ou n’importe quelle autre course).

Mon cerveau a switché au 1er janvier en mode « préparation ». Il faut dire que je m’étais un peu largement  autoconditionnée mais depuis ce jour, je ne me pose plus de questions, j’y vais quoiqu’il se passe, 4 fois par semaine.

Je sais que mon objectif final ne sera atteint que si j’en passe par là.

Peut être que ce n’est pas vrai. Que j’arriverais à courir un marathon en ne m’entrainant que 3 fois par semaine, ou en me reposant une semaine, surtout à 9 semaines de l’événement.
Mais me conditionner de la sorte m’aide à enclencher un mécanisme, à rentrer dans une routine, et au final à ne pas me poser de questions métaphysiques.

un chouette groupe

Je l’ai déjà dit mais savoir que soir après soir, je retrouverai les mêmes runners, que je pourrai me plaindre auprès d’eux de ma journée et râler pendant les gammes, qu’on va rigoler pour un truc idiot parfois, et bien ça motive sacrément pour y aller.

du changement

Même si je sais que globalement, le lundi c’est fractionnés court, le mercredi sortie longue et renforcement et le vendredi fractionnés longs, notre coach varie toujours énormément les séances.

Pas une pareille. On ne les connait pas à l’avance (et il vaut mieux sinon tu sortirais toi si tu savais que tu allais te taper 4* 8mn à 90% de VMA par -8 degrés ressenti ??) et on ne sait jamais si elles vont être dures ou horribles.

Mais le fait de ne pas faire deux fois la même chose garde intacte l’envie de se dépasser.

Si, si, toi aussi tu peux varier tes séances.

les bienfaits immédiats

Après une séance dans le froid et un bain chaud, je sais pas toi mais moi je dors,  mais alors super bien. Et penser à tous ces délices ben ça aide quand tu es au milieu de ta séance et qu’il te reste 16mn à courir à fond….

en parler autour de moi

Quand tu crânes sur le mode « oui je fais un peu de sport, genre 8 heures par semaine en passant« ,  impossible de ne pas assurer derrière.

Bon ok, je te l’accorde, ça énerve tout le monde mais en l’occurence, autour de moi ils en sont plus à ça près, ils sont habitués à ce que je la ramène.
Et en tous cas, ça marche pour me forcer à les enfiler, ces satanées runnings les soirs de « pas envie ».
Parce que je suis peut être une grosse vantarde, mais pas une menteuse, donc va falloir les caser ces 8 heures maintenant.

Et toi, qu’est-ce qui te fait courir en plein hiver ?

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply
    co de contes
    11 février 2015 at 5 h 42 min

    Même objectif que toi.mais c’est dur.quand je finis tard j’enfile ma tenue au boulot comme cela pas d’hésitations à ressortir.et je cours avec mon coach perso. Par contre je n’en parle pas trop au boulot…Pas sûre qu’ils comprennent. Allez ce soir c’est fractionnés.

  • Reply
    lilou
    14 février 2015 at 0 h 38 min

    Très bonne question. Sans être aussi à fond (un entraînement sur tapis et un footing le week-end), j’arrive quelque soit les circonstances à me motiver. C’est quasi inscrit dans mon mode de vie depuis une dizaine d’années. Et je crois que j’en ai besoin. Moi aussi j’aime me la ramener plutôt l’air de rien. Je n’ai pas un physique de coureuse ni l’allure sportive (plutôt la petite nana avec des talons au boulot) mais si l’occasion se présente (qu’on en vient à parler de sport) je glisse mes 47’30 au 10, le marathon en 3h59….

  • Reply
    Aurélie
    17 février 2015 at 17 h 07 min

    Que dire si ce n’est que je suis admirative :)

  • Reply
    Zaza
    19 février 2015 at 10 h 32 min

    Ta détermination transpire (ha-ha) de chacun de tes mots.
    J’ai commencé un cahier de courses dans lequel je note mon planning et mes sensations/impressions après chaque run et ça me motive à me dépasser à chaque sortie même à mon modeste niveau. 😉

  • Reply
    Marie
    22 février 2015 at 9 h 39 min

    Honnêtement être inscrite à une course difficile comme un marathon c’est imparable…J’ai du mal de mon côté à ne pas traverser des petits crises de motivation, surtout en plein hiver. Enfin là je reviens d’une semaine à la montagne et j’ai hâte de voir si les footing dans la neige vont faire exploser mes temps !

    • Reply
      elise
      22 février 2015 at 21 h 26 min

      Alors Marie, tu as aimé les footings dans la neige ?

  • Reply
    Princesse Strudel
    19 mai 2016 at 15 h 04 min

    Moi j’ai du mal à la garder, la motivation… Je m’accroche et finis mes courses au mental, mais le chrono reste… amusant. :-)

  • Leave a Reply