Browsing Tag

récupération

    LIFESTYLE TRAINING

    No running today

    foamrollerDepuis quelques jours, un terrible mal de dos m’empêche de courir et de nager.

    En soi, ce n’est pas un drame vu que je suis en récupération et qu’en plus, j’ai dû m’occuper de mes loulous cette semaine alors que d’habitude, je les laisse lâchement à leur père.

    Mais force est de constater que je ne le vis pas très bien. Il y a ces baisses d’endorphines dont je vous parlais dans l’article précédent engendrant mauvaise humeur et accès de (petit) déprime. Et une grosse inquiétude sur le mode: « deux semaines sans courir, mon Dieu je vais prendre deux kilos/ passer à 12 de VMA/ avoir les cuisses en chamallow/me laisser aller et ne plus jamais pouvoir reprendre ».

    Je ne pense pas être bigorexique, n’ai jamais fait passer le sport avant ma famille ou mon travail (même si je dis souvent à mes copines « ce soir je ne peux pas, j’ai athlé « ) et pourtant, je n’ai qu’une hâte, reprendre l’entrainement.

    Tout cela me rappelle l’an dernier.
    Après un début de saison musclée (ma première saison donc), le verdict est tombé le lendemain de Noël à la lecture de la scintigraphie: double fracture de fatigue, 3 mois d’arrêt complet de la course à pied.

    Je me souviens avoir dit au traumatologue « euh, vous voulez dire que je dois y aller plus mollo sur les séances, passer de trois fois à deux fois par semaine peut être ?« . Et lui de me répondre: « c’est simple, si vous continuez de courir, même un peu, votre cheville va se rompre pour de vrai et vous serez plâtrée. Des deux jambes. C’est ce que vous voulez ? ».

    Du coup, j’avais foncé dans un Décathlon pour m’acheter un maillot/une serviette/des lunettes et un bonnet et direction la piscine le soir même.

    C’est ce qui m’a « sauvée » de la déprime totale. En trois mois, j’ai du coup appris à nager un crawl décent et limité la déconfiture à +2 kilos sur la balance.

    J’en avais aussi profité pour reprendre les cours de yoga ashtanga -délaissés depuis que je cours par manque de temps- mais tellement bénéfiques sur le corps et sur le mental.

    Grâce à mon coach, j’ai aussi repris assez vite les séances intenses de musculation, allant jusqu’à faire 500 abdos certains soirs (si, si, on comptait).

    Finalement, je suis peut être bigorexique.

    Après 3 mois de ce régime, j’ai recommencé la course de la façon la plus frustrante possible: 1 minute de course alternée avec 1 minute de marche.
    D’abord 5 fois la première semaine, puis 6 la deuxième etc, vous voyez le topo. De quoi devenir dingue.

    Je garde un très mauvais souvenir de cette période mais je sais aussi que rares sont les sportifs échappant aux blessures surtout en endurance.

    Depuis peu, il y a de nombreux groupes qui se créent autour de marques ou de personnalités du sport et qui sont ouverts aux débutants (comme les excellentes #boostbattle d’Adidas).
    Sans un warning clair, les risques de blessures pour les néophytes sont réels. Pour courir avec le groupe dans une ambiance conviviale et voir ses copains, on va au delà de ses limites ou on augmente trop rapidement le kilométrage.

    Ce fut sans doute mon cas. Passant de 4x 6km à 4 x 10km en très peu de temps, avec deux séances de fractionnés par semaine. Très facile de ne pas se rendre compte, d’être grisé par les effets positifs du sport entre potes (ou même seul parfois). En course à pied en plus, les progrès sont fulgurants au départ. Quelqu’un qui ne pouvait finir un 5K se retrouve très facilement à en courir 15 en quelques mois.

    Donc quand on débute, on se force à limiter la dose.
    Surtout si le corps n’a pas été habitué à un effort intense et prolongé dans le passé (en gros, si on n’a jamais été un grand sportif dans sa jeunesse).
    Surtout sans encadrement.

    La première année, on limite le fractionné à une séance par semaine.
    On n’augmente son kilométrage que de 10% par semaine. Et on force en revanche l’intensité sur le renforcement musculaire qui permet aux muscles de mieux protéger les articulations et sur les gammes et étirements.

    Et on évite de penser faire un marathon si on court depuis 6 mois.

    Bref, tout ce que je n’ai pas fait. Mais c’est bien connu, il faut se brûler les ailes une fois quinze fois pour ne plus recommencer.

    Et vous vous vous êtes déjà blessé ?

  • photo-6
    COURSES LIFESTYLE TRAINING

    Récupération, mode d’emploi

    ah le bonheur perdu (temporairement) des séances sur piste Donc, si tu viens lecteur depuis une recherche bizarre chez notre ami Google comme « débandade grenadine essuie-glace » (essaie, tu verras, je suis…