TRAINING TRIATHLON

Où j’en suis du tri (part 2)

Cela va faire 9 mois que j’ai décidé de me mettre au triathlon.
Rappel pour les lecteurs non assidus – s’il y a des gens aussi inconscients: quand j’ai pris cette décision débile, je ne savais ni nager, ni pédaler.

Voici où j’en suis aujourd’hui, un peu avant de commencer mon entraînement spécifique pour le triathlon de Paris, fin mai (dans 4 mois donc).

En natation:

Ma résolution pour cette année est de nager au moins deux fois par semaine. J’y vais le mardi midi avec ma coach et j’ai un nouveau système pour le mercredi soir.

Depuis la nouvelle année, je sors du bureau et je file à la piscine nager 1,5km PUIS je rentre depuis la piscine en courant chez moi (11,5km pour moi).

Alors, on va pas se mentir, ça demande un brin de logistique.

En gros le matin je viens avec mes affaires et mon sac dans lequel j’ai:

-mes affaires de running normales mais version light. Juste une première couche. Par tous les temps. Je me réchauffe vite et pas question de se trainer des vestes ou coupe-vents sur 11km. En revanche, je peux pas abandonner en chemin du coup, parce que va rentrer à pieds avec juste un t-shirt par zéro degré, je conseille pas…

Je prends aussi mon camelback pour y stocker mes affaires et mon eau bien sûr.

-mes affaires de piscine donc, en version super light, soit: mon maillot, ma serviette microfibre (une seule cette fois !), mon mp3, mon bonnet et mes lunettes. Je ne prends ni tongs (je sais, pas top, mais faut c’qu’il faut), ni brosse. En revanche je prends une dose d’hôtel de shampooing-douche et un échantillon de crème visage (la piscine sans crème visage, aie aie aie) et un sac en toile imperméable monop’ pour mettre mon maillot mouillé. Plus un gel car l’effort est assez long.

Je me change le soir au bureau, je pars en courant à la piscine (800 mètres). Je fais mes longueurs et je me change à nouveau après la douche. Je fourre toutes mes affaires de pistoche dans le camelback et zou, direction la maison.
Ca fait environ 1 heure 45 d’effort soutenu et honnêtement, ça demande un chouille de motivation dans la nuit et le froid mais ça me permet d’appréhender déjà un double effort de la même longueur qu’au tri, une fois par semaine.

Alors oui, ça me fait aussi me doucher 3 fois dans la même journée, tu as bien compté lecteur, mais bon… comme ça je suis sûre de sentir bon le jeudi 😉

En tous cas, je suis vraiment très contente de la partie natation. J’ai beaucoup progressé en crawl (à la fois, je partais de tellement bas), au point que je me sens maintenant plus à l’aise dans cette nage qu’en brasse, même sur 1 ou 2 kilomètres.

Screen Shot 2016-02-02 at 23.15.45
Reste à gérer le fait de nager en eaux troubles le jour J,  par 16 degrès ou moins,  entourée d’autres nageurs, sans avoir la possibilité de donner un coup de jambes tous les 25 mètres ou de reprendre sa respiration.

Mais il me reste 4 mois pour régler ces menus détails.

En vélo:

Ma hantise.
J’ai bien essayé de m’y mettre en septembre mais j’ai vite arrêté, essentiellement faute de camarades de jeu. Je n’arrive pas à me motiver pour rouler seule et les groupes de filles ont un niveau supérieur au mien.

Du coup, le vide intersidéral pendant 3 mois. Et la culpabilité intense qui l’accompagne.

Il y a quelques semaines,  des copains de mon club parlaient de vélo. Tu vois le genre de mecs qui fait 150 bornes dans la journée à l’aise ? Et plus s’il le faut. A 30km/heure ou plus.

Ben voilà, c’est mes potes ça.

Bref, on joue pas dans la même ligue mais je leur fais part de mes difficultés au détour d’un footing.
L’un d’eux me dit : « pas de soucis, on se fait une sortie un de ces quatre« .
Je le pensais juste poli, le genre de réplique qu’on dit sans y croire, pour éloigner le boulet temporairement.

Et quelques jours plus tard, je reçois un what’s app qui dit en substance: « dimanche, 10h,  devant chez toi« . Avec un itinéraire de 40 bornes sur Strava, tout prêt, tout beau et 3 autres mecs dans la boucle.

Trop beau pour être vrai.  Mais gros balisage. Attends, je suis VRAIMENT nulle. Je vais les ralentir à fond, et qu’est ce que je fais si je les perds ? Si je tombe ??

Le jour J, ils sont là au rendez-vous. Je sors fièrement mon vélo –à étoiles le vélo – et je leur dis « vous savez, en vélo, je respecte les feux rouges hein« .
Regards entendus des garçons et gros rires étouffés.

Screen Shot 2016-02-02 at 23.15.06

Et en effet, dès les premières rues, je comprends mon malheur. Pas un feu respecté. Alors les garçons font attention hein, ils ralentissent pour voir les voitures arriver. Mais ils passent. Entre les bus aussi. Et plein d’autres trucs que je ne ferai jamais sans eux.

Gros soulagement quand on arrive sur une piste sécurisée en bord de Marne. Les garçons font en sorte que l’un d’eux reste toujours pas trop loin de moi. J’apprécie. Beaucoup.
Ils se moquent gentiment de ma non-technique totale. En gros je ne sais même pas descendre correctement d’un vélo. Ni monter une côte of course. A vrai dire, je sais limite passer les vitesses. Quant à changer de plateau, faut pas déconner.

Les garçons resteront avec moi jusqu’au bout, même si une fois arrivés à Vincennes je leur dis « allez-y, je connais le chemin« , ils restent avec moi. « On est venus te chercher, on te raccompagne.  » Classe.
38km en très bonne compagnie qui me remet sur les rails du vélo.

Screen Shot 2016-02-02 at 23.30.40Tu les as vu les étoiles de mon vélo ? Suis pas sûre que ça aide la prise au vent…

Il faut maintenant que je transforme l’essai et que je continue plus sérieusement, au moins les dimanches.

Savoir que je peux rouler 40km me rassure mais il faudra aussi que je travaille les transitions vélo-course.

Bref, un bon début qui va s’intensifier dès le mois prochain.
D’ailleurs, je suis preneuse de plans d’entrainement pour débutants sur distance olympique. Ceux que je trouve visent moins de 3 heures (si je fais moins de deux heures pour le vélo seulement je serai super heureuse) donc je vise plutôt 4 heures.

D’autres conseils pour un premier triathlon ?

You Might Also Like

20 Comments

  • Reply
    Marguerite
    6 février 2016 at 14 h 54 min

    Waouh nouveau design de site ?! Je suis toute perdue mais très sympa ce nouveau visuel.

    La piscine + course franchement j’admire. Pour le S de Chantilly tu t’étais beaucoup entrainée en vélo ? J’hésite à m’inscrire au S de Deauville mais j’ai peur de ne pas pouvoir assez pédaler.

    • Reply
      elise
      6 février 2016 at 15 h 20 min

      j’ai laissé le blog tourner mais design en cours, du coup y a encore des bugs et des trucs pas tès beaux. Mais je m’y colle cette nuit !

    • Reply
      elise
      6 février 2016 at 21 h 49 min

      Marguerite, je pense que pour mon XS (12km de vélo), j’étais sortie avec mon vélo 3 fois avant, dont une fois pour 6 bornes, une pour 10 et une pour 20… autant dire, pas grand chose.

    • Reply
      renardeau
      8 février 2016 at 11 h 30 min

      moi j’aime pas! je pref l’ancien design (je suis ronchon ce matin)

      • Reply
        elise
        8 février 2016 at 14 h 17 min

        arf. Mr Renardeau est en mode « chafoin ». Tu peux pas te trouver un autre blog dans ce cas là pour te passer les nerfs ? J’sais pas moi, va taper sur d’la p’tite jeune. Tu reviens sur Thank God quand t’as des trucs marrants et piquants plutôt, là c’est un peu plat jeune homme de juste dire que tu préférais l’ancien tout moche.

  • Reply
    julie
    6 février 2016 at 15 h 34 min

    j’ai un peu le même souci que vous coté vélo, pas de groupe pour moi non plus étant donné que mon niveau est plutôt faiblard même si j’ai un gentil mari cycliste qui m’accompagne parfois pour des sorties longues pour moi 60 maxi 80 km, pour lui c’est une balade vu mon allure;) sinon je prends le vélo pour aller au travail et piscine entre midi et deux mais pas le même jour, sympa votre organisation course à pieds piscine, pas trop épuisant ?

    bonne route !

    Julie

  • Reply
    Delas Marion
    6 février 2016 at 16 h 25 min

    Coucou super cet article ! C’est un peu toujours le même problème pour le velo pas de groupe. Je n’aime pas rouler seule non plus. Quand j’avais démarre j’étais allée en club de cyclo car ils n’ont pas d’objectifs en général (pzs de vrai compétition comme les triathletes un peu trop à fond….) et ce sont souvent des hommes très contents de voir des femmes s’y mettre et de pouvoir aider. Et … pas négligeable Ya toujours un des gars qui est mal en point ce jour là donc tu es rarement seule à pédaler doucement. Sinon avoir un ami régulier qui t’accompagne pour tes sorties ou une cycliste femme ? J’ai bcp progresse grâce au club de cyclo du coup ça va maintenant mais ça peut t’aider à re mettre en route :). Pour la transition c’est top mais l’idée c’est de travailler les transitions dans le bon sens type nage + velo ou vélo + course. Alors pourquoi pas un retour à la maison en vélo ? :) mais une transition reste toujours hyper intéressante car on fait du sport enchaîne. En tout cas bon courage à toi et belle préparation ! Fais toi plaisir et garde le sourire que tu as sur les photos :)))

    • Reply
      elise
      6 février 2016 at 21 h 49 min

      Oui Marion, je pense plus mon double effort comme un biquotidien plus que comme une transition. C’est quoi un club de cyclo au fait ?

      • Reply
        Gabrielle
        8 février 2016 at 11 h 28 min

        Club cyclo = cyclotourisme, c’est à dire des sorties avec une approche plus cool / pas orientée pure compétition. En général femmes très bien accueillies et une armée de chevaliers servants prêts à changer ta roue en cas de crevaison, appréciable !

        • Reply
          elise
          8 février 2016 at 20 h 55 min

          arfff, je crois que j’ai déjà trouvé deux trois mecs TRES sympas (limite j’ai envie de crever tant que je suis en sortie avec eux pour qu’ils me montrent comment changer une roue). Mais si ils se lassent de mes 20km/heure, je retiens ton truc.

  • Reply
    Co de contes
    6 février 2016 at 21 h 44 min

    J’ai toujours pas sauté. ..dans l’eau. Et pour le velo on va attendre les roytes seches et drvarassee de gravillons . et oui ici pas de sel des gravillons . Bravo.pas de conseils si ce n’est continuer de te faire plaisir.

  • Reply
    claire
    6 février 2016 at 21 h 46 min

    Bravo pour le vélo… personnellement je préfère pédaler seule plutôt qu’en troupeau… ou sinon, loin derrière… trop peur de la chute… le vélo en moins de 2h, c’est OK si pas trop de dénivelé… à Cassis j’ai mis 2h12… pour 750 D+… la loose… sinon la transition la plus dure est swim/bike.. entraîne toi dans ta douche pour retirer ta combi… ici mis à part un duathlon en mars, pas encore de tri… la saison commence en avril… avec des S puis le M à Salagou… tu nages dans la Seine pour le tri de Paris ?

    • Reply
      elise
      6 février 2016 at 21 h 48 min

      Non, on nage dans un bassin je crois. Je vais repérer les lieux en vélo demain.

  • Reply
    claire
    6 février 2016 at 21 h 49 min

    Mais Co de Contes est sur le point de sauter… hé hé… en juillet avec la team sur Mars ?

  • Reply
    Gabrielle
    8 février 2016 at 11 h 25 min

    Hello Elise,
    Je ne vais pas trop t’aider pour le plan d’entrainement vu que je n’en ai jamais suivi… je fais au mieux selon mes contraintes pros/perso avec 2 séances de piscine par semaine (en club) et idéalement 2 sorties running et 1 sortie vélo (je n’y arrive pas tout le temps malheureusement) et quand la météo s’améliore j’inverse avec 2 sorties vélo / 1 running et surtout nage en mer dès que la température le permet. Regarde peut être sur le site Garmin ?
    Mes conseils sont de vraiment bosser la nage en eau libre, sur 1500 mètres si tu ne sais pas t’orienter tu vas facilement rajouter 200 à 500 mètres et t’épuiser pour rien. Il faut s’entrainer à lever la tête pour contrôler sa direction (au minimum tous les 9 temps, ça peut être plus souvent au début… je respire tous les 3 temps, 1 fois à gauche, 1 fois à droite et la 3ème fois je contrôle ma direction). Pour Paris, difficile de s’entrainer en eau libre en ce moment, si tu peux te programmer des vacances en Méditerranée ou destination soleil cet hiver ce serait le top ! Ou fais toi offrir un stage « swim the riviera », j’en rêve !
    Ensuite bosse la transition vélo/course, c’est la plus dure : intègre un petit run de 2-3 km après tes sorties vélos. Et c’est tout bête, mais note-toi l’ordre des choses à faire pour les transitions, il faut que ce soit automatique et ne plus avoir à y penser.
    T1 : enlever la combi le plus tôt possible / puis au parc à vélos, 1) mettre casque et lunettes 2) ceinture porte dossard 3) chaussures (ou un ordre différent si tu veux, mais TOUJOURS LE MEME pour ne pas hésiter le jour J)
    T2 : si tu n’as pas à changer de chaussures ce sera plus simple, sinon 1) enlever casque 2) mettre casquette 3) changer de chaussures… à répéter là aussi pour éviter de partir en courant avec le casque sur la tête (c’est du vécu)
    Enfin impératif, va repérer le parcours vélo du triathlon, tu seras beaucoup plus rassurée si tu connais le parcours, ses difficultés, les endroits où tu peux « accélérer »…
    4 mois c’est largement suffisant pour bien te préparer, et les jours s’allongent donc ça va être plus facile pour le vélo, essaye de faire 2 séances par semaine en allégeant tes sorties running (de ce côté tu es largement assez bien entrainée). Sur un distance olympique c’est la partie vélo la plus longue donc il faut vraiment axer ton entrainement là dessus maintenant que la natation est « acquise ».
    Bonne préparation !

    • Reply
      elise
      8 février 2016 at 20 h 56 min

      Mais si Gabrielle, ça m’aide énormément. Je retiens surtout de s’entrainer à s’orienter dans l’eau, de courir après des sorties vélos, et de repérer le parcour. C’est très concret et facile à mettre en oeuvre. Merci infiniment !

  • Reply
    J’ai rien à me meeeettre pour demain (Semi de Paris) – Thank God I run
    5 mars 2016 at 19 h 41 min

    […] un trail de 14km mais j’étais plus en mode marche. Suis pas sûre que ça marche non ? Et tout cet entrainement piscine, ça va pas m’aider à les boucler les […]

  • Reply
    Suprise… – Thank God I run
    24 mars 2016 at 23 h 26 min

    […] que j’entamais la deuxième semaine de ma préparation au triathlon de Paris, le site Alltricks m’a proposé de prendre part au Marathon de […]

  • Reply
    Le caillou dans la chaussure – Thank God I run
    24 avril 2016 at 21 h 50 min

    […] Enfin tu vois le topo quoi. Du coup je n’ai jamais conduit. Ni voiture ni sccoot ni vélo (sauf sur les trottoirs tokyoites mais ça compte pas). Alors le triathlon et son épreuve vélo, c’était pas gagné. Mais ça, je te l’ai déjà raconté là et là. […]

  • Reply
    Me, my bike and I – Thank God I run
    22 octobre 2016 at 20 h 42 min

    […] à dompter la bête à étoiles qui me sert de vélo, vous les retrouverez là, là et là. Ah et ici. Et là […]

  • Leave a Reply