COURSES TRIATHLON

Open Swim Stars: le jour où j’ai nagé (plus de) 5km dans Paris

Hop hop hop, d’abord, petit retour en 2015.

J’ai cette idée absurde de commencer le triathlon, mais bon, voilà, je sais pas nager. Enfin, c’est pas tout à fait vrai parce que si tu me jettes à l’eau je survis, je nage même une mauvaise brasse coulée pendant un ou deux kilomètres mais bon, ça s’arrête là.

Grâce à ma blessure en 2014, j’avais réussi à nager un truc qui pouvait vaguement ressembler à du crawl pendant 25 mètres, 50 si je tentais une apnée. Après quoi je ahanais comme une vache pendant 10 minutes le temps que mon cardio retrouve sa valeur normale.

Du coup je décide en mai 2015 de prendre des cours. Je trouve Laure, maitre-nageur de ma piscine, qui va se pencher sur mon cas 40 minutes par semaine pendant un an à grand coups de « allooooonnge toi dans l’eau » « non Elise là les jambes c’est la cata, en fait, tout est la cata« , « le coude, mais sors moi ce coude. »

Mais bon, en commençant en mai, j’arrive à tenir 400 mètres en crawl en août avec une respiration correcte. Puis 1 kilomètre, puis 2…

Il y a quelques temps, j’avais donc eu à nouveau la brillante idée de m’inscrire à une petite compète de 5km de natation qui se tenait hier dans le canal de l’Ourcq, puis le bassin de la Villette.

A toi qui te demandes si mes vaccins sont bien à jour ( je sais, je lis dans tes pensées) ou si j’ai un bon dermatologue (ou gastroentérologue), je peux te dire que je n’ai croisé aucun truc suspect, si ce n’est un sac plastique, que oui: j’ai bu la tasse plein de fois, et que non, merci, je n’ai pas couru aux toilettes toute la journée aujourd’hui et pas de pustules non plus, comme quoi, les tests bactériologiques, ça doit pas être QUE du pipeau.

Hier donc, comme tous les jours de course, j’étais stressée. J’avais un peu bossé mon truc et je savais que j’étais capable de nager 5km, même si techniquement, je n’en avais jamais fait plus de 3,5 à la suite. Mais bon voilà, je ne suis pas une fille à aptitudes  et du coup, je me déplace dans l’eau aussi lentement qu’en côte à vélo, et pourtant c’est pas faute d’essayer les trucs les plus débiles pour augmenter mon niveau.

Avec une barrière horaire à 2h15, je n’étais donc pas du tout sûre de rentrer dedans. C’est sympa 10 minutes de se faire virer des courses mais je savais que je l’aurais un chouille mal vécu. Du coup, j’ai râlé tout le matin et je suis partie retrouver mes copains 4 heures avant le départ de la course, histoire d’être sûre de ne pas le rater.

L’ambiance est détendue,  il fait ultra beau et on est tous à bloc.

nager dans Paris

C’est même assez marrant de se retrouver en combi-maillot de bain dans une rue du 19ème à attendre la navette. Sauf qu’on l’a attendue une heure et qu’au bout d’une heure c’était plus si drôle en fait. Après un changement de rive, on embarque tous semi à poil dans un bus (la tête des gens qui passaient à côté et ne voyaient que les mecs torses nus !)

Le départ était à Pantin, juste en face de là où je travaille souvent en ce moment, ce qui rendait les choses assez pittoresques. L’eau était à une température agréable, et même si on se nageait tous dessus au départ, comme à un bon vieux départ de triathlon, j’ai pu placer ma nage assez rapidement. Disons: le temps que le pack me nage dessus et aille s’amuser plus loin devant (parce que quand tu pars pour 5km, tu vas pas non plus te mettre DERRIERE volontairement et nager 10 mètres de plus).

Je ne vais pas te mentir, 5 kilomètres, c’est long. J’avais vaguement caressé l’idée de me mettre de la musique et j’ai oublié finalement. Donc bon, je me suis dit que, comme je fais grosso modo 1 mètre par mouvement de bras, j’avais qu’à compter jusqu’à 5000 pour passer le temps, mais à 300 mon esprit a trouvé un autre sujet de réflexion et j’ai perdu le compte.

En bidouillant ma montre avant le départ (TRES mauvaise idée ça), j’ai enlevé l’affichage de la distance, donc je ne connaissais que le temps de course que j’avais déjà fait. Pas facile pour le moral de ne pas savoir combien de kilomètres tu as déjà parcouru.

Mais je savais que la family serait là après la Géode et ça m’a fait patienter. Je les ai retrouvés comme prévu, un petit détour pour m’approcher du quai et dire coucou, et après j’ai compté les ponts sous lesquels je passais avec mes enfants qui faisaient de la trottinette à côté de moi (ce petit côté frustrant de les voir aller 3 fois plus vite que toi…)

openswimstars

Le point au milieu de nulle part ? c’est moi !

Et puis les amis, quelle map grandiose… avec une température de dingue, une lumière de fin de journée-apéro parfaite, pfff à vrai dire, je profitais pas mal.

Arrivée au Bassin de la Villette, j’ai su que j’avais la course en poche. Je nageais depuis 1h36 minutes et il me restait encore environ un kilomètre à faire, j’étais large sur les barrières. La combi et le courant dans le bon sens, ça aide.

En m’approchant de l’arche, avec la famille et les copains qui encourageaient, je vois que je peux doubler une concurrente, je sprinte sur les 5 derniers mètres, je donne tout et là, THE drame. La crampe du mollet qui te foudroie.

Je passe l’arche tant bien que mal et je coule.

Heureusement que z’ont de la sécu à l’arrivée, j’ai eu vite fait 3 mecs autour de moi dont un me tenait pendant que je tenais mon mollet.
Je ne suis donc pas morte (si tu en doutais).

1h57mn 58 secondes. C’est mon temps.

nager dans la seine

Les copains

Ma montre m’annonce 5600 mètres, ce qui ne doit pas être loin de la vérité connaissant mon inaptitude à nager droit.

Les copains ont fait entre 1h18 et 1h43, eux. J’ai encore de la marge.
Je suis 472ème/490. Même pas dans les 10 dernières (mais pas loin…) et je suis trop contente.

Rappelle toi le début de cet article, y a deux ans, je savais pas nager.

Et toi, ça te dit une ptite course de nat’ dans Paris ?

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Princesse Strudel
    19 juin 2017 at 16 h 11 min

    Félicitations!

  • Reply
    Chevalier
    19 juin 2017 at 20 h 41 min

    Bravoooooo Élise… tu déchires grave… biz

  • Reply
    Gabrielle
    21 juin 2017 at 11 h 33 min

    Bravo Elise, quelle volonté de fer ! Bon je passe mon tour sur ce coup là, autant j’adore nager en mer, autant le canal cra cra ne me motive pas du tout. Je louche plutôt du côté de défi de Monte Christo l’an prochain. Maintenant que tu es une « open swim star » (ça en jette !), et avec ton niveau en cap, tu devrais essayer le swim run… je suis inscrite sur mon 1er en septembre, à Biarritz (16 km CAP et 3 km nage en mer, avec barrière horaire à cause de la marée). Ambiance ultra sympa assurée, on est au pays basque !

  • Reply
    renardeau
    27 juin 2017 at 18 h 28 min

    mouai l’eau a quand même l’air trouble sur la photo

  • Leave a Reply