COURSES TRIATHLON

Mon prochain défi: le Swim Run des Gorges du Verdon

Au tout départ, j’étais coureuse. Ca c’était dans un autre siècle quasi, celui où tu ne faisais que manger du bitume dans l’espoir de finir marathonien(ne) un jour.
Maintenant, les pratiques se sont diversifiées et tout bon coureur qui se respecte est souvent aussi traileur, triathlète à ses heures, ski de fondeur etc.

Il y a tellement de disciplines possibles, nouvelles ou tout simplement accessibles que le choix deviendrait presque dur.

J’ai souvent cherché une pratique  où je pouvais allier les deux sports dans lesquels je suis à peu près à l’aise: la course et la natation.
Attention, “à l’aise” ne veut pas dire performante ou rapide. Mais je peux courir 40 km et des bananes sans mourir de trouille et nager 5 bornes sans me noyer non plus.

J’avais entendu parler du Swim run mais il faut avouer que de prime abord, ça a un côté assez étrange: faire la course “enchaîné” à deux, nager avec des baskets aux pieds, courir en combi … les gens sont fous ma brave dame.

Alors quand l’organisation du plus beau Swimrun de France (ce n’est que moi qui le dis mais je ne devrais pas être déçue) m’a proposé d’y aller, je n’ai pas résisté à l’idée d’ajouter une corde à mon arc.

Concrètement, comment ça marche ? Et bien tu alternes des passages de trail dans des paysages de dingue (le Parc Naturel Regional du Verdon pour celui-là). En gros de 1 à 7km avec du dénivelé. Et entre les runs, tu nages. De 250m à 1700 m. EA-SY.

swim run

Les photos qui font rêver…

Le tout en autonomie avec ton équipement sur toi. Le même pour la nat ET pour la course donc.

Tu dois donc utiliser une combi courte pour nager ET courir (je pense recycler couper ma vieille Décathlon pour l’occasion), bidouiller un truc pour que ton pullbuoy (tu as le droit au pull et aux plaquettes si tu veux) tienne sur ta cuisse quand tu cours. En plus de prévoir des baskets qui ne t’entraîneront pas au fond de l’eau le jour J (tu comprends là tout l’intérêt du pull buoy).
Et de te poser des questions métaphysiques du genre : “comment éviter les ampoules quand mes chaussettes seront trempées ? ou alors je mets pas de chaussettes ?

Le tout avec donc deux-trois  une bonne dizaine de transitions où tu passes de couché à debout et de mouillé à sec sans t’arrêter.

Le défi est de taille.

J’ai donc choisi de commencer sur un format M (soyons humble), c’est à dire en tout 16,2km de trail avec 600m de D+ et 3,8km de natation. Déjà costaud pour moi je trouve.

Et j’ai choisi de le faire en solo. C’est pas tout à fait “esprit swim run” mais j’ai peur de ne trouver personne aussi lent que moi pour accepter de me suivre…hihi.

Et comme l’orga est sympa, ils me permettent de faire gagner un dossard pour venir le faire avec moi le jour J.
Bon, pas de pression hein. Certes, c’est la championne du monde de la discipline qui l’a emporté l’an passé sur l’événement et ils ont un petit plateau élite de derrière les fagots, mais c’est aussi le swimrun avec le plus de participation donc il doit bien y avoir 2-3 débutants dans le lot.

Je te donne le lien pour que tu regardes, ça se passe ici: Swim Run des Gorges du Verdon.

Et si tu veux ton dossard, tu laisses seulement un commentaire en bas là, et une main innocente (celle de mon fils qui sait à peine lire) choisira l’heureux(se) élu(e) lundi soir.
Je donnerai le résultat en story sur Insta.

Alors on se retrouve le 10 juin ? Moi j’ai hâte.

You Might Also Like

No comment

Leave a Reply