COURSES TRAINING

Le Marathon de NYC, J-12

C’est les vacances, youpi ! Dans 12 jours, ce sera pour moi le grand départ sur l’ile de Staten Island. Je vous l’ai sans doute déjà dit mais j’ai eu la chance cette année d’avoir la loterie du Marathon de NYC. C’est la deuxième année que je la tentais sans grand espoir, vu que les chances sont de 20% environ. Et, miracle, ça a marché.

Donc zou, billets, AirbnB pour toute la famille et c’est parti.

Malheureusement, comme vous le savez, ma préparation a été un peu énormément entachée par ma blessure à l’insertion de l’ischio-jambier.

Fort heureusement, j’ai eu la chance d’être entourée ces derniers mois d’une super équipe de professionels de la santé: mon docteur à l’INSEP, qui m’a recommandée au kiné-ostéo avec lequel elle travaille ainsi qu’au podologue de leur cabinet. A force de séances de kiné, de gainage et d’exercices répétés tous les soirs, j’ai pu courir d’abord 5km, puis 8, 10, 12, 15 et maintenant 20 ou 22. En respectant une progressivité totale et un jour systématique de récup (voire 2 ou 3) entre deux runs.

marathon de new york

Bien sûr, j’ai toujours mal sous la fesse quand je cours et encore plus le jour d’après, mais finalement, pas plus mal quand je cours 22 km que quand j’en cours 5. Et surtout, je sens mon endurance revenir. Le renforcement que je pratique tous les soirs m’aide vraiment. Sans doute que les sorties vélo n’y sont pas pour rien non plus. Au bout d’un semi, j’ai mal aux ischios bien sûr, mes quadris commencent à se faire sentir mais je pourrais continuer encore.

Mais somme toute, je n’ai eu que 3 semaines de vraie préparation, et encore, sans fractionné, au lieu de 8 à 10 semaines pour une vraie prépa marathon.

Du coup quel pronostic et quelle stratégie pour le jour J ?

Il ya quelques semaines, mon objectif était de pouvoir courir 20km. Et rien que ça ce n’était pas gagné ! Aujourd’hui, j’espère en courir au moins 30. Bien sûr, j’adorerais pouvoir le finir sans marcher ou presque, mais j’avoue que je n’y crois pas trop. Donc si déjà je n’ai pas à marcher 15 bornes mais plutôt 7 ou 8, ou que je peux alterner marche et course, je serai heureuse.

Ma stratégie est de continuer aussi proprement que possible l’entrainement jusqu’au jour J (avec bien sûr une petite phase d’affutage, mais bon, habituellement on fait du jus parce qu’on s’est fatigué avant, là….).

Du coup, je multiplie les tactiques pour pouvoir glisser des entraînements: tôt le matin pour aller au bureau (je ne le faisais pas avant, c’est une première), entre midi et deux quand je peux, ou le soir mais sans ma team. Tout est bon à prendre. Je vais d’ailleurs essayer de faire les prochaines sorties du matin à jeun pour aider mon corps à se préparer.

Et à côté, je commence à peaufiner les détails: pédicure de sport pour ne pas perdre un ongle dans le process, crémage et tannage de pieds quotidien, plus d’alcool depuis quelques semaines jours, beaucoup d’eau, cure de magnésium anti crampes…

marathon de NYC

Avec mon t-shirt porte-bonheur du marathon 2015

J’achète aussi ce qu’il me faudra de matos, sachant que le camelbak est interdit (ô horreur) et que je veux trimballer mes genouillères au-cas-où, mon téléphone, de l’argent, des gels etc… J’ai donc investi dans une deuxième « banane » du plus bel effet, en plus de celle qui contiendra mon bidon d’eau (pas plus de 1l autorisé, mamamia). J’ai aussi racheté mes Mizuno d’amour récemment (enfin, le dernier modèle), juste pour avoir le temps de les « faire » mais qu’elles soient toujours assez neuves.

Devil is in the details hein. C’est pas ça qui remplacera 6 semaines de fractionnés mais au moins, j’aurais tout donné jusqu’au bout.

Alors, encore quelques runs et on se retrouve pour le compte-rendu d’une journée qui sera dingue de toutes façons.
Et toi, déjà couru ce marathon ou envie de le faire ?

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply
    Solene
    24 octobre 2017 at 7 h 52 min

    Haha l’article qui répond à plusieurs de mes interrogations! Tu feras du mieux que tu peux et c’est bien ça le principal! Est-ce que tu connais la méthode Cyrano? ça peut peut-être être une bonne stratégie pour tenir sur la durée le jour J!

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 16 h 32 min

      Oui Solène, je connais, j’y pense en effet, peut être pas une bête idée…

      • Reply
        Solene
        27 octobre 2017 at 8 h 39 min

        J’ai testé sur une course de 6h, ça permet vraiment de maintenir un rythme correct sur la durée, et ça donne du rythme également!

  • Reply
    Delphine
    24 octobre 2017 at 9 h 01 min

    Je rêve de courir le marathon de NY un jour, mais pour l’instant je n’ai pas eu de chance à la loterie et via une agence de voyage c’est beaucoup trop cher je trouve. Je finirai bien par être tirée au sort, du moins j’espère!

    Je rebondis sur ta blessure et sur l’encadrement qui t’a permis de reprendre doucement et d’augmenter progressivement le kilométrage de tes sorties. Je suis moi-même blessée en ce moment (trois semaines d’arrêt déjà) et parfois je me demande si l’enchaînement médecin/IRM/kiné/podologue/ostéopathe est vraiment raisonnable pour un sportif amateur (passionné certes) qui n’a pas besoin de pratiquer son sport pour vivre. Parfois je me dis que je devrais laisser tomber la course à pied et faire du vélo puisque manifestement la course ne me convient pas… Je parle de mon cas personnel, en aucun je ne juge ta participation au marathon de NY (d’ailleurs si j’avais un dossard j’aurais fait exactement comme toi et j’aurais tout tenté pour participer, quitte à marcher une partie). Mais je suis dans une phase où je me demande si je veux vraiment m’entêter à courir alors que j’ai certaines « fragilités ». Bon dès que je serai remise je pense que mes questionnements disparaîtront comme par magie et je serai toute contente de courir à nouveau 😉

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 18 h 07 min

      Tu as raison Delphine et j’ai fait un article pour te répondre. Pas moins 😉

  • Reply
    Kotkaa
    24 octobre 2017 at 14 h 33 min

    Rholala ça approche ! Doigts croisés pour que tout se passe au mieux, je suis ton parcours depuis un moment et tu mérites vraiment d’y arriver !
    Je suis pour ma part maintenant je peux l’écrire MARATHONIENNE depuis dimanche, en 4h, challenge de l’année de mes 40 ans il fallait bien que je m’en lance un Une année de prépa, (3 ans de course « sérieux ») à 30 à 40 bornes par semaine, un plan à main levée adapté aux contraintes pros et familiale, et tous les indicateurs au vert pour une depart serein, mais quelle trouille quand même, quelle aventure !!
    Les mollets piquent encore un peu ce matin (on en parle des 240m de D+ ??) mais je suis shootee aux endorphines, je ne redescends pas !!!

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 16 h 32 min

      BRAVO, quel bel accomplissement ! Je te souhaite que ce soit le début de beaucoup de marathons heureux comme celui-ci.

  • Reply
    Natacha
    24 octobre 2017 at 17 h 52 min

    C’est sûr que tu n’auras pas eu la prépa idéale, loin s’en faut. Mais l’avantage de NY c’est qu’il n’y a pas de barrière horaire, et y en a plein qui le font sans objectif de temps. Quoi qu’il arrive, profite de cette ambiance survoltée et magique ! j’ai couru ce marathon l’an dernier et j’en ai encore des frissons (ah la traversée de Brooklyn et les derniers km dans Central Park…) En tout cas pour ton bidon d’eau, ne t’affole pas, tu pourras le remplir aux ravitos dès qu’il est vide. Perso je cours avec une gourde de 350 ml et je la remplis 3 ou 4 fois pendant la course, c’est nickel. Bonne dernière ligne droite !

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 16 h 31 min

      ahhh mais si je m’arrête pour la remplir, je repars pas…. c’est ça le problème. C’est comme en vélo, je peux juste pas m’arrêter !!

  • Reply
    Lilou
    24 octobre 2017 at 17 h 56 min

    Non mais new-york ça ne se refuse pas, c’est clair. Au tout début, j’avais dit que New-York serait mon 1er marathon et puis ça ne s’est pas fait comme ça car finalement faire ton 1er marathon, loin de chez toi, gérer le décalage horaire et ne pas être sure de le finir, j’ai trouvé que ce n’était pas l’idée du siècle. J’ai un autre objectif, le faire pour mes 45 ans et offrir à ma famille (et à mes enfants qui seront un peu plus grands et auront 9 et 7 ans) ce voyage. J’ai aussi une autre idée en tête : tenter un temps qualificatif qui pour 46-50 sur semi me semble atteignable. Mais je suis un peu présomptueuse car mon niveau dans 4 ans ne sera peut-être pas le même (je me suis sentie voler des ailes ces derniers temps car j’ai fait les 20 km en un peu moins d’1h36 sans trop forcer). En attendant, ce sera peut-être Paris l’année prochaine. En tout cas, je suis vraiment impatiente de lire ton cr et je te souhaite vraiment de prendre du plaisir. Tout le monde dit que c’est vraiment chouette

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 16 h 30 min

      Merci Lilou. Je suis sûre que tu l’auras ce qualificatif…9 et 7 ans c’est top, les miens ont 8 et 6 et je pense aussi qu’ils vont en profiter.

  • Reply
    Damien condemine
    24 octobre 2017 at 21 h 41 min

    Alors pour faire simple. Je viens pour la première fois de passer en dessous et la barrière des 4h au marathon de lyon. Pourtant je pars avec une bronchite et 3 semaines sans courir. En plus les sacs d’hydratation étaient interdis. Stratégie simple pour les ravitos: mon porte gourde Salomon que tu possèdes. Au final je n’ai même pas bu totalement ma gourde de 600 cl. Dedans j’ai mis 4 gels et en ai pris que 3. Pour la stratégie de course je pars à fond sans me poser de question. Au final semi en 1h52 et 30km en 2h42. Au 32 eme gros coup à fatigue. J’ai adopté la technique solary (pas certain de l’ortographe) mais il s’agissait de courir 10 mn pour 1 à 2 mn de marche. Au final 3h55 avec je m’en rends compte à la fin de la réserve (sprint sur les 300 derniers mètres). Donc tu peux le faire sans problème… tu connais la distance.
    PS: réservation faite pour l’année prochaine à NY par l’intermédiaire d’un tour opérateur (donc pas de loterie) bref élise ou l’art d’avoir un an d’avance sur moi. Bises

    • Reply
      elise
      26 octobre 2017 at 16 h 29 min

      Haha bravo pour ton marathon (encore une fois) et pour NY aussi. Pour le ravito, j’ai peur que m’arrêter pour remplir la gourde… ben je puisse plus repartir ! (et perso je vois bien 600ml en deux heures) Le fait de partir à fond est peut être pas bête pour moi non plus. Au final, comme je suis à peu près certaine de marcher, moins je marche mieux ça vaut donc plus j’ai parcouru de distance avant de craquer, plus ça le fera. Je pense partir comme pour mon premier marathon vers 5.40 et voir combien ça tient. Qui vivra verra.

  • Reply
    Princesse Strudel
    14 novembre 2017 at 17 h 04 min

    Bonjour Elise,

    Félicitation pour ta participation.

    Pour ma part, New-York ne me tente pas plus que les autres « grosses machines » comme Paris par exemple. Je n’aime pas la foule, les packs de coureurs regroupés et agressifs comme une mêlée de rugby m’agacent autant qu’ils me stressent, et glisser sur les peaux d’orange aux ravitaillements me fait hurler en dedans (parce que bien sûr, je passe aux ravitaillements loin, loin derrière le premier tiers des coureurs:). Nous étions 140 coureurs au départ de mon premier marathon, et c’était juste parfait, en fait… au moins pour moi. :-)

    • Reply
      elise
      14 novembre 2017 at 17 h 07 min

      ah oui, je peux comprendre et puis, chacun son truc hein. Les peaux de bananes, j’y ai pensé et j’ai fait gaffe en effet… en revanche, les coureurs agressifs, je n’ai encore jamais vu ça, dieu merci (même si ça doit exister hein !)

    Leave a Reply