COURSES SANTE

Le Dilemme du marathon de Paris

Si tu as suivi, lecteur, j’ai reçu miraculeusement un dossard pour le Marathon de Paris il y a quelques jours grâce aux gentils gens de Alltricks (très sympas en plus).

C’est un peu ça le problème avec les courses à pied: quand tu en as fais une sympa, tu as envie de la refaire l’année suivante. Pire, si tu ne la fais pas, tu te sens mal. Ca te fait pas ça à toi aussi ? Et donc plus tu en fais, plus c’est l’engrenage.

Bref, ce dossard donc, comme je te l’expliquais, je ne pouvais PAS le refuser. Surtout pas le marathon. Mais je savais que j’étais sous entraînée pour la distance. Mon Homme m’a dit que j’étais stupide d’y aller, mon coach a fait sa tête de « fais ce que tu veux mais tu fais une connerie, » ma kiné m’a dit que c’était débile en effet.

Tout le monde était donc très enthousiaste.

Mais tu me connais, ça ne m’a jamais arrêtée, ça se saurait.
D’ailleurs, il y a plein de trucs dans ma vie que je n’aurais jamais fait si j’avais écouté l’avis général. Des trucs nuls, et des trucs bien aussi.

Sauf que là, mon corps s’en est mêlé. Mercredi soir, 39, 5 de fièvre, je croyais encore à « l’état grippal qui peut durer 48 heures sans raison » (ben voyons).
Jeudi matin, je me force à aller au bureau bourrée de Doliprane/Nurofen et vraiment pas bien, mais alors pas bien du tout. Persuadée que la méthode Coué peut marcher (accessoirement, j’ai déjà eu la grippe en février, faut pas pousser non plus).

Vendredi matin. Plus possible de se lever. Plus possible de parler non plus. Angine blanche déclarée par le toubib.
Un signe de mon corps pour m’éviter de faire une bêtise ? Peut-être (oui, vois-tu, je crois à ce genre de trucs).

Le doc a pitié de moi et tente d’y croire à ma place. Il me file une mega dose de cortisone, d’antibios, me conseille de ne PAS me soumettre à des test antidopages…et me souhaite bonne chance.

Dès qu’il sortira de la maison la maison, je me rendormirai pour une nuit de 16 heures

Pourtant demain lecteur, je serai bien avec toi. Tu vois, j’ai même ma photo parquet de prête.

Screen Shot 2016-04-02 at 20.59.22

Mais je suis une fille sage.

Alors j’ai pris la décision (qui m’arrache le coeur) de ne pas être avec toi pendant 42 km, mais plutôt de l’ordre de 22, si la cortisone me tient suffisamment pour deux heures de course et me permet de courir avec les copains.

Mais je te souhaite bonne chance, à toi qui demain sera marathonien ou marathonienne pour la première ou la centième fois.
Je ne sais pas si je vous verrai tous, mais je penserai fort à vous, Karine, Anne-Sophie, Laura, Damien, Rémi, Colombe, Timothée et les autres.

Et vous, c’est demain le grand jour ?

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply
    Sophie
    2 avril 2016 at 21 h 46 min

    Oui ce sera le grand jour demain… Deuxième marathon et plus de stress !
    Bon courage à toi, peut importe le nombre de kilomètres que tu feras, je te trouve très courageuse d’être sur la ligne de départ ! Que la force soit avec toi / nous :-)

    • Reply
      elise
      3 avril 2016 at 21 h 01 min

      Bravo à toi, apparemment tu t’en es bien sortie !

      • Reply
        Sophie
        4 avril 2016 at 8 h 46 min

        Oui je suis finisher, mais ça a été l’horreur pendant les 20 derniers kilomères. J’ai passé le semi en 1h56, je me sentais super bien, et subitementj’ai commencé à avoir de grosses douleurs gastriques. Je te passe les détails, mais j’ai du m’arrêter plusieurs fois…
        Je suis très déçue de mon temps – je ne suis même pas fatiguée (à part tous mes orteils en vrac, je n’ai quasiment pas de courbatures), mais soulagée de l’avoir fini !
        Bravo à toi pour cette belle sortie longue, et du soutien apporté à ton amie. Pour avoir eu des potes qui m’ont suivi pendant 15km en vélo, c’est grâce à eux que je suis arrivée au bout !

    Leave a Reply