LIFESTYLE SANTE

Le Bikini body un an plus tard (ou presque)

Je ne sais pas si tu te souviens lectrice, mais l’an dernier environ à la même époque, j’avais commencé à regarder un peu sérieusement le contenu de mon assiette après un semi catastrophique, attribué entre autres à quelques kilos de trop.

L’enchainement Noël au ski-galette des Rois- février-tartiflette-Pâques avait eu raison de moi. Si, si, regarde mes joues de hamster.

photo-2

Six mois plus tard, je ressemblais plus à ça:

Prête pour un easy run

Bref. Ca n’avait pas été une idée stupide de se restreindre sur les Tagadas.

Un an plus tard, ça donne quoi ?

Et bien, sans surprise. Le retour au bureau en septembre a été chaud. J’ai encore tenu un ou deux mois sans grignotages et retrouvé le chemin du distributeur de Twix vers novembre. Merci le stress d’une vie de bureau normale ajoutée aux contraintes perso et à l’arrivée de l’hiver.

Cela dit, cette fois-ci, j’étais plus riche d’une expérience. Je savais que je pouvais retrouver si je le décidais un corps plus montrable pour cet été (rhooo je vous entends déjà hurler là, évidemment que tu peux aussi t’en balancer de montrer tes bourrelets, si c’est ton cas, je t’envie, moi j’ai encore du mal, et travailler dans une industrie 100% « filles du marketing » n’aide en rien).

Du coup, j’ai laissé passer l’hiver tranquille, en faisant quand même gaffe à ne pas reprendre PLUS qu’en 2016 mais sans faire d’efforts particuliers. J’attendais LE déclic. Et puis entre nous, j’avais comme tout un chacun deux trois autres préoccupations qui étaient plus des priorités que la profondeur de mes abdos.

J’ai toujours continué le sport histoire d’être ferme sous la couche de graisse mais plus trop de vélléités de recadrage alimentaire.

Et le déclic est venu. Aux premiers rayons de soleil. Comme prévu.

Cette année j’ai décidé que je mangeais largement trop sucré, et donc, comme je ne suis pas capable de faire quelque chose si je ne le fais pas à fond, j’ai décidé d’arrêter les sucres rapides.

Donc exit  la confiture, les bonbecs, le chocolat, les yaourts sucrés, les gâteaux, les viennoiseries etc.

Je garde les sucres lents (pain, pâtes, riz…), les fruits (enfin sauf la banane) en petite quantité et le sucre pur (pâtes de fruits) quand je fais des grosses sorties vélo.

Du coup, ça veut dire toasts à l’avocat, oeuf/bacon le matin ou pancakes sans sucre le week-end (faites maison), pas de dessert à midi, pas de grignotages et pas de goûter. Un apéro le soir mais pas de dessert non plus.

L’idée c’est de me déshabituer du goût sucré – au moins un peu- et du coup d’ingérer moins de calories sur la journée (forcément, quand tu zappes goûter, desserts, chocolat post dessert… ça finit par chiffrer).

Est-ce que c’est dur ? Ca doit être un truc perso mais plus quelque chose est restrictif plus j’ai de facilité à le suivre. Je ne suis pas capable de ne manger QUE 3 fraises Tagada, mais si mon cerveau intègre que je ne PEUX PAS en manger une seule, là ça devient facile.

Du coup, je ne suis en ce moment pas très tentée même quand je vois mes enfants goûter ou quand il y a un pot de départ au bureau avec pléthore de bonbecs.

Je n’ai pas plus faim que l’an dernier je meurs de faim toute la journée et je sais que cette sensation finit par passer quand mon corps se sera habitué à ce nouveau rythme sans goûter ni chocolat chaud à 11h.

En revanche, je sens clairement un coup de pompe par moments. Le sucre rapide, l’ai de rien ça apporte de l’énergie dont parfois je manque un peu.

Quels bénéfices ? Je me sens quand même déjà moins lestée. J’ai vraiment faim pour les repas que j’apprécie plus je trouve. Je mange moins de bêtises et ça va forcément jouer sur la santé. Et comme les fruits sont mon seul apport de sucre rapide, j’en prends un peu plus -donc des vitamines.

J’ai aussi l’intime conviction que les 3–4 kilos que je me trainais cet hiver ont fortement contribué au retour des tendinites. Et en mangeant moins de sucre, donc moins acide, j’essaie aussi de m’en préserver.

Côté poids, comme je ne m’affame pas (puisque je mange normalement à coté), ça descend lentement mais sûrement.

Combien de temps je compte faire ça ? franchement, aucune idée. J’ai été malade récemment (une grosse rhino) et je n’arrivais plus trop à manger sucré, alors j’ai continué sur ma lancée, sans trop savoir dans quoi je me mettais au départ. Puis j’ai lu pas mal d’articles sur le sujet.

Je pense que globalement, manger moins sucré ne peut pas être une mauvaise idée. Maintenant, je sais déjà que les pro de la diététique qui me liront diront qu’il ne faut se priver de  rien au risque de craquage. Sans doute. En tous cas je ne mange jamais aussi sainement que lorsque je me prive, et tant pis si je retombe dans les Haribos dans un ou deux mois, c’est autant de glucides pures qui n’auront pas atterri sur mes fesses.

Alors, on se retrouve avant l’été pour savoir si ça a marché ? Et toi, l’idée de te remettre à courir en short te fait aussi te bouger les fesses ?

 

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply
    blandine
    25 avril 2017 at 9 h 22 min

    tu dis ça parce que tu sais que j’ai un paquet de fraises tagada bien entamé dans le tiroir de mon bureau, à portée de main??
    Arrêt du gluten cet hiver pour moi, pas pour perdre du poids mais ca m’a permis de dégonfler un peu à la taille (j’ai la ligne d’une buveuse de bière, ce que je ne suis pas / d’une femme en début de grossesse, ce que je ne suis pas non plus). Pour le reste, je compte sur la gym suédoise et sur mes 2 minutes 17 de gainage quasi quotidiennes.

    Je trouve ta dernière remarque sur les privations très intéressante : passer d’une alimentation 100% Junk food à un régime hyper restrictif est certainement dangereux, mais passer d’une alimentation correcte avec quelques écarts à un régime plus strict est moins radical, et permet d’équilibrer à long terme. Non?

  • Reply
    lilou
    25 avril 2017 at 12 h 56 min

    Tu vas penser que je radote mais j’ai du mal à comprendre le concept de régime restrictif. Comme tu le constates, c’est vrai que ça marche (tu perds du poids en été) mais que pour un temps (si je comprends bien, tu as repris cet hiver : peut-être pas tout). Peut-être aussi ça te va d’être plus mince l’été et moins l’hiver. Bref, je n’ai pas de baguette magique, mais de mon côté, j’ai accepté un poids de forme qui me donne une silhouette « moyenne » (ni mince, ni grosse) et qui me fait ne pas trop me prendre la tête sur mon poids. Cependant, je te l’accorde, manger moins sucré ne doit pas être une mauvaise idée (dit celle qui s’est arrêtée à la boulangerie hier pour acheter des bonbons pour sa pomme).

  • Reply
    caroline
    26 avril 2017 at 8 h 52 min

    Je me retrouve complètement dans ton article. L’important est de se sentir bien dans son corps et je n’apprécie pas de prendre quelques kilos. Pourtant, ces deux dernières années, j’ai accumulé des kilos qui ne me font pas être en surpoids, mais qui font que je ne me sens pas à l’aise.
    J’ai bien essayé de m’adapter à ce « nouveau » moi, mais rien n’y fait, je ne m’accepte pas comme ça, même si ce « moi » me permet de manger un peu plus de choses qui me font plaisir. Cependant, j’ai aussi remarqué que ces petits écarts qui me font plaisir sur le moment, ne me font pas de bien sur la durée. Je me sens alourdie et je pense que ça a aussi un effet sur ma digestion.
    Donc, j’ai décidé d’arrêter ces écarts, sucrés pour la plupart aussi. Je m’accorde un ou deux desserts par semaine et je mange à ma faim (je déteste me sentir faible), mais fini les grignotages et les gourmandises sur un coup de tête ! Et apparemment, ça marche. Je ne perds pas très rapidement (ce n’est pas le but), mais je me sens déjà allégée et ça fait du bien. Et ce n’est pas pour autant que je me sens frustrée.
    Rendez-vous donc dans deux mois pour faire le point !

  • Reply
    Karine
    26 avril 2017 at 22 h 49 min

    Coucou la miss, je pense aussi qu’on gagne en forme en mangeant moins sucré. Manger sucré donne envie de manger sucré, cercle vicieux. De mon côté, j’ai remplacé les tartines confiture du matin par tartine purée de sésame noir, ou noix de cajou ou amandes. Pas de sucre dans ces purées qui sont pas sucrées mais très riches. Et délicieuses !! Sans sucre ajout, on sent bien le goût. Et du coup j’ai rarement envie de manger sucré en journée. Bises

  • Reply
    Princesse Strudel
    8 mai 2017 at 15 h 19 min

    Je ne suis pas adepte des régimes, par contre, je pense comme toi qu’on gagne à manger moins sucré.

    j’ai oublié toute tentation face aux gâteaux industriels (problème de gluten donc éviction stricte), face au coca zéro (je ne souhait plus consommer d’aspartame) mais le chocolat au lait me perd un peu… Pourtant, si j’ai réussi les gâteaux indus, je devrais réussir le chocolat au lait… Non?

    Quant au dessert, je sais que c’est culturel… Là encore, un réflexe à déconstruire.

    Merci pour le rappel sucre / acidité / tendinite, les miennes ne me laissent plus de répit, je vais donc essayer de travailler là-dessus.

  • Reply
    Gaëlle
    9 mai 2017 at 21 h 00 min

    je partage totalement ton point de vue. même constat pour moi l’an passé: je mange normalement, pendant les repas mais je me sens toujours lourde et ma digestion n’est pas top. Alors, sur un coup de tête, je me lance dans une detox sur un mois: pas de chocolat pendant 1 mois, plus de sucre dans le café, plus de confiture mais du pain de seigle et de la purée d’amande ou de noix de cajou avec des fruits…
    si les 2 premiers jours étaient durs (beurk au début le gout du café sans sucre), depuis, j’ai clairement « décroché » du sucre. Impossible pour moi de boire, depuis maintenant 1 an, un café avec du sucre…. comme quoi, je pense que c’est vraiment une addiction. et niveau digestion je vais mieux…. j’ai réintégré le chocolat par contre à dose mesurée mais les bonnes habitudes sont prises
    merci pour tes articles!

  • Reply
    Princesse Strudel
    15 mai 2017 at 15 h 01 min

    Après une semaine de sevrage, je trouve que mes tendinites vont déjà mieux. :-)
    Par contre, au lieu de grignoter du chocolat, je grignote des amandes / noix / noisettes… Et je mange un peu plus de fruits.

  • Leave a Reply