TRAINING

Foulée avant-pied, le bilan un an après.

Comme tu le sais sans doute lecteur, j’ai commencé ma transition vers une foulée medio-pied (d’aucuns disent “avant pied”, ne chipotons pas sur les mots)  il y a tout juste un an.

Petit rappel pour qui n’a pas suivi le début: tout le monde nait et apprend à courir avec une attaque sur l’arche avant du pied au départ.
Et puis des années de Nike, Asics and co avec leur 12mm de différence entre le talon et l’avant pied (soit disant pour “amortir”) ont raison de la plupart d’entre nous et créent une foulée fort disgracieuse avec une attaque talon.

Comme ça quoi.

photo

 

Oui ça c’était moi avant. Brune en plus. Mais là n’est pas le sujet.

Cette foulée peu instagrammable n’est en soi pas un souci. 95% des gens courent comme ça et s’en portent bien. Et tant mieux pour eux.

Une autre partie en revanche se blesse à répétition. Tendinites, aponévrosites and co. Le pire, c’est que toutes ces blessures ne viennent pas forcément de leur foulée (les causes sont souvent multifactorielles, de l’augmentation brusque du kilométrage à la nutrition en passant par plein d’autres trucs). La plupart du temps, le premier truc qu’on te conseille en cas de blessure c’est d’aller voir un podologe qui va te faire de belles semelles pour te rééquilibrer tout ça. Et souvent ça marche.

Mais parfois ça suffit pas. Comme pour moi.
Et c’est ce qui, au bout du bout, m’a fait me tourner il y a un an vers cette transition, après une conversation avec le gourou français de la foulée medio-pieds, Frédéric Brigaut.

Le seul hic c’est que pour être franche, tu as plus de risques de te reblesser à nouveau en changeant de paradigme de course. Parce que tu dois littéralement changer ton corps: muscler tes mollets et tes pieds, remettre en cause tout un équilibre plus ou moins acquis auparavant au niveau des tendons, des ligaments etc.

Et donc si tu t’achètes une paire de minimalistes (les horribles shoes sans drop donc, cette différence entre le talon et l’avant du pied) et que tu pars courir une heure comme ça, bon déjà tu y arriveras pas, mais si jamais tu t’accroches, tu auras perdu tes mollets a minima. Et les pathologies dans ce coin sont longues à guérir.

C’est complètement informée sur ce point que j’avais commencé ma transition.

D’abord en faisant des exercices de positionnement chez moi sans courir, des exercices de musculation des pieds, puis en recommençant à apprendre à courir. Commençant par 1km à une vitesse ridicule et n’augmentant que très très peu à chaque fois.

 

foulee avant pieds

Quelques moi plus tard j’ai pu atteindre 30mn de la sorte et en septembre, j’ai couru mon premier marathon en shoes de 3mm, ce qui était une connerie incommensurable mais la rationalité et moi hein. Enfin je l’ai terminé…et je ne me suis pas blessée.

Cela fait donc un an que je n’ai pas remis de baskets maximalistes. Le fait que je cours sur l’avant des pieds (enfin en vrai le milieu mais on va pas jouer sur les mots) quand j’attrape le bus me fait croire que mon cerveau a bien intégré cette nouvelle façon de faire. D’ailleurs, je ne sais plus faire autrement à vrai dire.

Ce que ça m’a apporté ?

Bon clairement, j’ai toujours une grosse tendinite à l’insertion de l’ischio droit, qui malgré quasi deux ans de kiné, osteo, exercices en tous genres, arrêts plus ou moins longs du running, ne passe pas. Je m’y suis faite, j’en parle .

Idem pour mon TFL qui se réveille toujours après 21km… donc de ce côté là, non ça n’a pas été un remède miracle. En revanche pas d’autres bobos à déplorer depuis. Encore heureux me diras-tu.

Sinon, je me sens quand même moins gauche quand je cours. Attention, instant “jme la pète”: depuis quelques mois, plusieurs personnes dont des coachs m’ont complimentée sur ma foulée. Autant te dire que j’étais fière comme Artaban.

Mais pour autant, pas simple de trouver la bonne technique. Ma cadence est bien à 180pas/mn voire plus comme le préconisent les spécialistes et je suis plutôt en avant, mais je travaille encore pas mal l’angle d’attaque, l’engagement du transverse, l’utilisation des bras, le positionnement de mon centre de gravité, le retour de ma jambe arrière etc.

C’est que courir s’apprend, contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas si naturel que ça.

foulée avant-pieds

Sur cette photo prise en toute fin de triathlon, la foulée est dégradée mais on voit tout de même que le pied se pose plus à plat.

medio-pied

Celle là a été prise en début de transition et on voit que j’attaque trop sur les orteils par exemple

En tous cas je ne regrette rien, à part sur distance marathon, je suis à même de faire tout ce que je faisais avant en minimalistes et je ne cours plus que comme ça.
Je ne suis pas une prosélyte pour autant, chacun fait ce qui lui semble bon même si, je ne peux plus voir passer un coureur sans regarder comment il pose son pied #snobisme.
Et toi, ça te tente ou pas du tout ?

 

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply
    florence
    4 février 2019 at 11 h 40 min

    ah mais carrément…
    ravie de lire la transition, cela fait qq années que je lis le tout et toujours contente d’avoir des nouvelles, bref, pour ma part, j’ai tjrs de l’amortie , maintenant avec une chaussure plus légère donc moins d’amortie, j’ai eu il y 1 ou 2 ans une petite aponévrose, alors je me dis que effectivement, j’allais trop sur les pointes, comme les danseuses classiques, lol…effectivement c’est manière me tente assez bien , à tester, merci , en attendant la suite
    parce que le marathon me tente aussi, ce que je n’ai pas fait et je ne suis pas suivie, les kinés sont chiants et caractériels pour les suivies sport…

  • Reply
    florence
    4 février 2019 at 11 h 43 min

    cette manière me tente …oups la syntaxe…le marathon me tente aussi, ce que je n’ai pas pu expérimenter , pour les kinés, c’est vrai qu’ils sont un peu chiants je trouve

  • Reply
    Diotime
    4 février 2019 at 18 h 47 min

    Super article mais en même temps (attention question philosophique) – si tu cours pour te vider la tête, ça doit être un enfer non? faire des sorties en réfléchissant à l’angle précis, la zone d’attaque, le nombre de ppm… C’est intellectualiser totalement ta pratique, qui (pour moi) tient plus du lâcher-prise. Je pourrais pas, mais bravo à toi pour cette belle transition :)

    • Reply
      elise
      23 mai 2019 at 11 h 59 min

      Ou oui c’est vrai que je dois faire plus attention qu’avant, c’est sûr, mais au bout d’un moment j’oublie tout aussi..

  • Reply
    Natacha
    5 février 2019 at 10 h 47 min

    Moi je suis dans la team “talonneuse”, et je sais que je ne suis pas dans les canons de la belle foulée. Mais je me dis que si j’ai pu courir 6 marathons et un 100 km sur route avec cette foulée sans me blesser, c’est que c’est celle qui me correspond. Du coup je n’ai pas trop envie de changer (d’autant plus que le changement comporte des risques également, comme tu le dis). Mais dans ton cas ça a l’air de porter ses fruits, donc c’est chouette !

  • Reply
    Natacha
    5 février 2019 at 16 h 16 min

    Et sinon, ça te va bien aussi les cheveux bruns !

    • Reply
      elise
      23 mai 2019 at 11 h 59 min

      merci 😉

    Leave a Reply