LIFESTYLE

De l’organisation

Hello les zamis,

Aujourd’hui, je voudrais répondre à un commentaire que j’ai reçu et dont les réponses, je l’espère peuvent profiter à d’autres. Je me permets donc de retranscrire l’email ici:

Sur ce, différentes questions me travaillent depuis un certain temps. Elles sont peut-être indiscrètes mais j’aimerais tellement, comme vous, arriver à tout organiser pour réaliser mes buts. Les voici:
– Comment trouvez-vous le temps de vous investir autant dans le sport?
– Comment faites-vous pour gérer vie active/ménage (tout ce qui a rapport à votre domicile)/temps avec les enfants/ temps avec monsieur?
– Et le repos, et le “décrassage” pour te-oxygéner les muscles, quand le faites-vous?

Je suis une ancienne grande marathonienne qui, après une grossesse, ne rêve que d’un 1/2 ironman ou un swimm-run.
Mais, je n’arrive pas à planifier tout cela, à trouver du temps pour les entraînements. Pouvez-vous me confier votre secret?

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises sur le blog mais le temps, ça se trouve. Alors là je fais ma maligne genre c’est facile et tout mais en vrai cette semaine j’ai pu m’entrainer…une heure (vla le déficit d’endorphines.) La faute à un voyage pro ( pourtant dans un hotel avec piscine et gym) mais des présentations le matin et des soirées de boulot le soir.

Mais sinon et bien, le temps c’est surtout une question de … motivation.
Et oui, bien souvent le “j’ai pas le temps” cache un “j’ai pas vraiment envie”.

Parce que l’on trouve toujours du temps pour ce que l’on aime vraiment. Et moi j’aime vraiment le sport, aussi facile que ça.
Donc il faut commencer par s’interroger sur ses motivations profondes et là, ô miracle, le temps surgit (ou pas mais dans ce cas là je peux rien pour toi).

Après, bien sûr, je ne vais pas nier que j’ai quelques aides dans ma vie:

1/la principale. Un mari investi et sportif.

Et bien oui, sans un conjoint compréhensif, qui garde les enfants les samedi ou dimanche matin et ne râle pas quand je vais à la piscine le soir, ce ne serait pas possible. Heureusement le mien est encore bien plus sportif que moi (donc c’est à charge de revanche quand il part courir 100km oklm en montagne).

Qu’il “accepte” (=sans râler) que je fasse du sport, c’est une chose. Ultra importante certes.

Mais le vrai truc, c’est qu’en plus il est moderne et que je n’ai pas peur de le laisser s’occuper des kids et les emmener chez le docteur (si, si, je vous assure, je connais des filles qui n’osent pas laisser leurs mecs seuls). La charge mentale est un sujet que je ne connais pas vraiment puisqu’elle est partagée. Le seul truc qu’il ne fait pas, c’est acheter des fringues aux enfants. Y a pire avouez. C’est même à vrai dire lui qui fait la cuisine la plupart du temps. Non j’ai pas son 06, pourquoi ?

2/des assistances

Je travaille depuis 20 ans, à l’étranger et en France et depuis 12 ans dans les plus grandes Maisons de luxe. Mon job me donne les moyens de me faire aider pour le ménage quelques heures par semaine et de ne pas avoir à y penser. Mon mari se fiche de moi en disant que je ne sais même pas où est le balai dans la maison, ce qui n’est pas totalement faux. En revanche je m’occupe du linge quand même, je ne fais pas RIEN (et avec 4 sportifs à la maison ça en fait des lessives !!)

De la même façon, je ne mets pas vraiment souvent les pieds dans un supermarché. On se fait livrer chaque semaine depuis presque 20 ans et ça ne me manque pas de ne choisir mon lait et ma lessive autrement que sur écran en 3mn. J’aurais aimé pouvoir vous dire que je vais au marché bio choisir mes avocats tous les dimanche, mais non. Le dimanche c’est sport et c’est comme ça.

Du coup, comment je gère mon temps ?

J’ai commencé un nouveau boulot il y a un mois et demi et donc là, je suis en période de rodage. C’est à dire que je n’ai plus le même rythme qu’avant et que j’essaie de caser du sport quand je peux.

Dans mon organisation quotidienne, j’emmène donc les kids (seule ou avec le Papa) tous les matins à l’école (seulement les kids, hein, le papa y va pas à l’Ecole). Une fois par semaine, je prends un cours de vélo à 7h45 donc je zappe le matin.

Je vais ensuite au bureau en vélo. 5km soit 20mn, ce n’est pas grand chose. Mais je me suis équipée d’un vélo de ville très récemment qui me permet d’être plus confort, et bientôt de pouvoir trimballer mon ordi etc autrement que sur mon dos. Et 20mn * 2 ça fait 40mn/ jour d’activité.

Une fois par semaine, je n’y vais pas en vélo pour revenir en courant. Soit un petit footing de 5Km. Pas grand chose mais petit à petit je rallongerai (je suis en transition vers une foulée avant pied donc j’en profite pour travailler ça).

Le vendredi soir, ma piscine ouvre tard. Je case donc LA séance piscine de la semaine à ce moment.
Et le week-end, “j’ai” soit mon samedi soit mon dimanche matin normalement pour faire une sortie longue, une compète o une autre séance de natation ou de vélo. En pratique, je case souvent un petit run le dimanche si je suis sortie le samedi et vice versa.

Ca c’est ma réalité actuelle. Bien loin des 3 piscines, 4 runs et 1 séance vélo d’avant. Mais pour le moment, je ne peux plus utiliser le créneau du déjeuner comme je le faisais avant donc on fait comme on peut. Tu vois, je n’ai pas trop de problème de “recup”, je ne fais quasi que ça en ce moment !

Il faudrait idéalement que j’arrive à caser plus de run (ça c’est “facile”, ça peut se faire tôt le matin ou tard le soir) et une piscine de plus (plus dur…), qui sait, peut être un midi une fois/ semaine quand je serai plus installée dans mon job (j’ai une piscine pas loin heureusement).

Et que je repenne du renfo tranquillou le soir comme j’ai beaucoup fait cette année.

Mais chaque combat en son temps. Le mien a  shifté sur mon job bien sûr, je le savais, on a tous des moments de vie qui nécessitent que l’on investisse nos forces dans une chose ou une autre (bébé, maison, maladie des proches etc). L’essentiel est de ne pas lâcher la barre totalement et de savoir pourquoi on fait ce que l’on fait.

Je vois donc mes enfants tous les matins, je leur fais un bisou le soir (mais clairement, c’est la nounou qui assure diner-douche) et je m’occupe d’eux le week-end (on fait donc les devoirs essentiellement le week-end), avec des moments juste pour eux quand le papa court le matin (+/- jusqu’à 14 heures). J’ai pris l’habitude et j’aime bien les emmener au ciné, à l’escalade, faire du vélo, aller à la piscine ou prendre un ou une copine pour jouer avec eux (ce que l’on ne fait pas quand la famille est au complet).

Et plus ils grandissent, plus c’est simple de faire du sport avec eux.

J’espère que cela aidera peut être une ou deux d’entre vous à trouver des pistes de réflexion.

Alors bon courage à toi. Si tu as des objectifs, ça vaut le coup de tout mettre en oeuvre pour les atteindre.

Et bone semaine les zamis.

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Julie khanh
    23 juillet 2018 at 19 h 04 min

    Bonjour Élise,

    Je voulais te féliciter pour ton blog.

    Au cas où tu te posais la question, je suis la belge qui vient de lire tous (oui TOUS sans exception!) tes articles, dans l’ordre chronologique ! Je suis sure que tu te posais la question vu que tu as bien sûr le temps de vérifier les adresses ip des lecteurs de ton blog, après le sport, le travail, la famille,…
    Je suis en effet un peu monomaniaque des que j’ai quelque chose en tête (cfr la lecture de tous tes articles en 3 semaines ou seulement 2 séances ratées sur toute une prepa marathon mais c’était peut-être le stress).

    J’ai adoré suivre ton évolution, de la course à pied au triathlon (en passant par le swim run, le spinning oups pardon dynamo et même du cross fit!).
    J’ai été touchée par tes blessures et je me suis même identifiée à certains moments (bien que ne faisant pas tes chronos mais passant au triathlon à cause, ou plutôt grâce à un syndrome rotulien, raison pour laquelle je suis tombée sur ton blog en recherchant « blog triathlon femme »).
    J’ai également ri, notamment dans tes description du coureur du dimanche ou ce qu’il faut faire pour draguer une runneuse !

    Quoi qu’il en soit, continue car j’adore te lire et je ne suis sûrement pas la seule!

    Julie

    Ps: je n’ai même pas encore d’enfant mais j’espère pouvoir continuer le sport dès que cela se présentera. J’ai déjà pensé à 2-3 trucs: les inscrire à des cours de piscine et nager durant le cours (au lieu d’attendre à la cafet comme pas mal de parents), courir quand ils dorment ou sont à un cours de danse /piano/théâtre/…, faire du vélo avec un siège enfant ou courir pendant qu’ils font du vélo.
    Enfin je dis ça mais je suis sure que quand j’en aurai, ce ne sera pas si simple hum hum

    • Reply
      elise
      16 août 2018 at 13 h 09 min

      Bonjour Julie,

      Désolée d’avoir mis tant de temps à te répondre. Des commentaires comme le tien sont ceux qui me font continuer le blog, même quand ça veut dire poster à 1h du matin en semaine… Je suis ravie que ces articles te plaisent et vais essayer d em’y remettre au plus vite. Continue et ne te décourage pas pour tes blessures, il n’y a pas de fatalité, tout arrive toujours à se remettre en place. A vite sur le blog, Elise

    Leave a Reply