COURSES MAMAN ET COUREUSE TRAINING

Analyser une contre-performance (et s’en remettre)

Ce matin,  mon Homme courait les 10km de Polytechnique comme chaque année.

J’avais prévu de l’accompagner avec les petits pour l’encourager, mais au dernier moment, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait une garderie pour les enfants et que donc, pour une fois, nous pourrions prendre le départ ensemble.

Un 10K, ce n’est pas bien raisonnable alors que j’ai Paris-Versailles la semaine prochaine, un autre 10K dans deux semaines et que je suis déjà pas top en forme du genou.

Peu importe, je le ferai en mode « footing », ça me fera ma sortie du week-end.

Tu parles Charles.

Quand on me connait un tant soit peu, on sait que j’ai un chouia de mal à ne pas tout donner dès que je cours en groupe, peu importe si c’est sérieux ou pas. En plus, ce 10K est plat, il fait beau, bref, les conditions idéales pour faire une perf’.

Du coup, pour la première fois de ma vie, je me place juste derrière Bruno, le meneur d’allure 50mn et je m’élance bien décidée à le courir en 50mn ce fichu 10K.

Dès le premier kilomètre je sens que ça va être chaud. Je ne sais pas dire pourquoi mais je me sens bien moins à l’aise qu’il y a 10 jours sur le B2RUN où je tenais mes 12km/h easy.

Au deuxième kilomètre, ça ne va franchement plus. Je ahane et je peine à suivre le groupe, prenant soin de bien boire (il fait chaud) mais rien n’ y fait.
Je passe les 3 kilomètres suivants à l’agonie, essayant toutes les techniques mentales que je connais.

Allez, je tiens encore jusqu’au kilomètre 4 et on verra, allez, pense à la ligne d’arrivée, comme tu seras contente de l’avoir fait, allez, tu n’arrêtes que quand tu es sûre d’avoir TOUT donné, allez on se détend, on trouve son rythme, allez Elise, ton genou tient bien la route, tu vas pas arrêter alors que tu n’as mal nulle part…

Peine perdue.

Au bout de 5 km, je décroche. Je n’y arrive plus. Impossible d’avancer à ce rythme. Je ferai les 5 derniers kilomètres à une allure marathon, peinant un max et menaçant à chaque pas d’abandonner pour la première fois. Mais les enfants m’attendent sur la ligne et je ne peux pas les décevoir. Je trouve finalement la force pour finir ce 10K le plus long de ma vie, sprinter à la fin et m’écrouler, déçue au plus haut point d’avoir loupé cette course qui s’annonçait comme idéale.

Mon Homme arrive et me réconforte. C’est le lot des sportifs de rater des courses, ça devait m’arriver un jour.

A froid et après du recul, je me rends compte que tout n’y était pas: je m’entraine plus en natation qu’en course en ce moment, j’ai un genou bien récalcitrant. Et surtout, j’ai des nuits de sommeil en pointillés (la dernière était en gros pointillés), une semaine pas facile sur un plan perso, et je me suis mis pas mal de micro-objectifs en ce début de saison qui ne sont pas toujours compatibles.

Je le sais, je me suis fait enguirlander par mon coach qui trouvait déjà que le 10K du 4 octobre n’était pas raisonnable.  Il a sans doute raison.

En vrai, je n’ai pas d’excuses.

Ah si: Instagram.
Et les blogs de running.
Où les filles enchainent les courses à une allure infernale, sans jamais se blesser et en battant quasi systématiquement leurs records persos.

Sauf que j’oublie que ces filles ont souvent 10 ans de moins que moi, (quand c’est pas 15), pas deux enfants en général (qui les réveillent la nuit) et surtout que certaines sont coach, profs de sport ou juste étudiantes avec pas mal de temps pour s’entrainer et récupérer.

10K

Heureusement qu’après la course il y avait une course enfants, me permettant de boucler 1,5km avec mes deux petits tout fiers et d’illuminer cette journée qui n’avait pas commencé au mieux pour moi.

Maintenant,  on se tourne vers la suite où je vais tenter d’être plus raisonnable.

Et vous, vous avez déjà été terriblement déçu(e)s par une course ?

You Might Also Like

31 Comments

  • Reply
    Lise
    21 septembre 2015 at 8 h 28 min

    Ben moi je plafonne à 10 km/h sur des 10 km (call me la tortue), je n’ai jamais réussi à faire plus ! … donc jamais de vraie déception mais jamais non plus de débouchage du champagne 😉

    • Reply
      elise
      21 septembre 2015 at 19 h 46 min

      haha mais si ça te va comme ça (10km/h, c’est déjà honorable) tout va bien. Moi je suis en club et la dernière du club (ou pas loin) donc j’ai vraiment envie d’aller plus vite.

      • Reply
        Corinne
        25 septembre 2015 at 12 h 35 min

        Bonjour Elise,

        j’ai découvert ton blog via celui de Géraldine (Café Mode) et j’aime beaucoup tes articles, ton humour… Je rebondis sur le fait que « tu es en club et la dernière du club (ou pas loin) », est ce que tu peux faire un post sur ce qui t’a poussé à rejoindre un club et comment se passe tes entrainements au club et tout ca… Merci beaucoup.
        Bises, j’espère t’apercevoir au Paris-Versailles, ca me boosterait, c’est ma 1ère participation alors j’ai eu peu les chocottes !

        • Reply
          elise
          25 septembre 2015 at 21 h 03 min

          Ravie Corinne de te voir sur ces pages. Malheureusement, je suis blessée et commme je veux faire les 10km Paris Centre, j’ai revendu mon dossard du Paris-Versailles. Mais je te souhaite une bonne course, tu vises combien ?

          • Corinne
            26 septembre 2015 at 10 h 53 min

            Merci !
            Soigne toi bien :)
            Comme c’est ma première participation à cette course (et ma deuxième participation à une course seulement, après la course des Princesses en juin) et que c’est aussi une première au niveau de la distance à courir, je vise juste de finir et de ne pas (trop) marcher dans la fameuse Côte des Gardes !
            J’ai du mal avec les exercices de fractionnées et je sais que c’est ce qu’il faudrait faire pour améliorer sa vitesse alors pour l’instant je ne me fixe pas vraiment d’objectif de temps, lol !
            Bises, bon WE.

  • Reply
    Gabrielle
    21 septembre 2015 at 9 h 30 min

    Des contre-performances, on en fait tous. La déception la plus cuisante pour moi, mon premier 10 km Odyssée, abandon après la 1ère boucle de 5 km en raison d’un coup de chaleur, vexée comme un pou. J’avais fait toutes les erreurs de la débutante : l’échauffement collectif en musique à fond la caisse, partir beaucoup trop vite, porter le t-shirt rose de la course en coton pas du tout respirant, ne pas m’hydrater… j’en rigole quand j’y repense, même si sur le moment ça ne m’a pas fait rire du tout, ça m’a servi de leçon !

    • Reply
      elise
      21 septembre 2015 at 19 h 47 min

      c’est horrible Gabrielle, mais je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à qui ça arrive.

      • Reply
        Gabrielle
        22 septembre 2015 at 14 h 30 min

        Je viens de lire sur le blog de Cécile Bertin que Laurence Klein avait dû abandonner le trail G2G, alors tu vois, ça arrive même aux plus grandes championnes ! (nan mais elle a quand même fait un 100 km à 13,5 km/h de moyenne ! admiration totale)

        • Reply
          elise
          23 septembre 2015 at 13 h 52 min

          haha Gabrielle, je ne me compare pas à ça tout de même …

  • Reply
    Lilou
    21 septembre 2015 at 11 h 46 min

    Retiens que tu as fait 5 km à plus de 12km/h il y a 15 jours. Et c’est normal de ne pas toujours être au top (surtout quand on a 35 et quelques, 2 enfants (petit), un boulot… ) même si je comprends que ton tempérament c’est d’être au taquet (ce que trouve être une qualité). Ne vois la course d’hier que comme un chouette moment au soleil en famille et peut être quelques leçons à tirer pour le Paris Versailles. Je relis en ce moment tous tes posts sur le marathon pour me motiver, y trouver des conseils car le grand jour c’est dans 15 jours. Finalement ta playlist était bien?

    • Reply
      elise
      21 septembre 2015 at 19 h 48 min

      je ne sais plus pour le Paris-Versailles Lilou, peut-être pas si intelligent que ça en fait si je veux me préserver pour le 4 octobre

  • Reply
    Ma fine bouche
    21 septembre 2015 at 19 h 06 min

    Même les sportifs de haut niveau peuvent avoir leurs contre-performances alors imagine le quidam… (nous). C’est tout à fait normal, le contraire serait étrange.

    Effectivement, être active, avoir un travail , des enfants, des horaires difficiles sont 1001 raisons pour se blesser, être moins performant. Pourtant je ne suis qu’à moitié d’accord quand à la comparaison avec d’autres.

    Nous ne sommes pas tous égaux face au manque de sommeil, au stress, aux difficultés personnelles… Bien sûr, la majorité va être plus ou moins ébranlé, mais d’autre vont voir leur force décuplé. C’est compliqué de récupérer de compléter son entrainement par du renforcement etc. Cependant, pour ma part j’essaie d’écouter mon envie, ma motivation du moment et je n’ai jamais eu à ce jour de blessures m’ayant poussé à l’arrêt. C’est peut-être un hasard…

    Au final, je profite malgré un travail pouvant être prenant et avec des horaires flexibles. Tout le monde n’a pas forcément le « temps » de faire du sport aussi souvent que je peux me le permettre.

  • Reply
    clairesoleil
    21 septembre 2015 at 22 h 28 min

    comme tu le dis si bien, toutes n’ont pas 2 enfants voire plus… ensuite, toutes ne sont des working girls… avec de vraies bonnes nuits de sommeil… puis s’entrainer en swim demande de l’énergie…
    Je me souviens d’une course en juin… spéciale fille (ce que je n’aime pas ) mais où mon égo souhaitait faire un podium… pourtant les conditions étaient bonnes… je ne sortait pas de nuit comme la précédente… ni d’une séance de fractionné… j’avais cette douleur à la hanche que je n’ai pas voulu écouter… et bien… dès le départ je n’étais pas de dedans… soufflant, tirant la langue… finissant sur les rotules, très penaude… avec recul, j’ai juste oublié de courir pour moi… pour me faire plaisir… je me suis pris une claque, ce jour là…
    Depuis, j’ai pris d’autres départs de courses… en swim, certes… sur la ligne de départ, je repense à ce jour là… me répétant que je suis venue m’amuser… et si je fais un temps tant mieux…
    have fun à Paris Versailles… il parait qu’elle est chouette…

    • Reply
      elise
      23 septembre 2015 at 14 h 14 min

      Merci Claire, il n’y aura pas de Paris Versailles finalement pour moi. Je me suis blessée ce week end sur le 10K et ce ne serait pas raisonnable.
      Mais je retiendrai de me faire plaisir versus me mettre une pression de dingue comme je l’ai fait.

  • Reply
    Sophie
    22 septembre 2015 at 15 h 46 min

    Oui une grosse déception la première fois que j’ai tenté de passer sous la barre des 50mn au 10km !
    J’avais fait 52′ tout pile à ma précédente course, je m’étais dit que ce serait faisable. Je m’étais entrainée dur pour y arriver. J’ai réussi à suivre la meneuse d’allure sur les 5 premiers km, mais elle avait un rythme beaucoup trop élevé (presque 12.5), et je n’ai pas pu suivre. Je l’ai vu s’éloigner avec le petit groupe qui la suivait, ça m’a fichu un super coup au moral. Finalement j’ai fini en 51’10.
    La course suivante (je les avais un peu enchainé en me disant que je finirais bien par y arriver), je m’étais moins mis la pression et je m’étais juré de ne pas être déçue si je faisais de nouveau une contre-performance. J’ai couru toute seule, je me suis même octroyée une petite pause au ravito car j’avais de l’avance et j’ai réussi !

    • Reply
      elise
      23 septembre 2015 at 13 h 52 min

      Sophie tu ne peux pas savoir combien tu me rassures et combien ton expérience me met du baume au coeur, un grand merci !

      • Reply
        Sophie
        29 septembre 2015 at 16 h 20 min

        Et pour finir, 10km du Souffle dimanche dernier. J’accompagnais une collègue (je viens de réaliser que je travaille dans la même boite que ton mari en voyant sa photo sur Instagram !!) qui voulait faire une perf. Finalement elle ne le sent pas et donc on se sépare. Moi je me sens bien, je refuse de trop regarder ma montre, et je me trouve 2-3 bons lièvres. Je passe la ligne d’arrivée, je regarde ma montre et je me dis qu’elle a du sacrément perdre le GPS dans le bois de Boulogne. Et bien non, j’ai bien fait 48’41, le chrono improbable il y a encore quelques semaines… Comme quoi, ne pas se mettre la pression a parfois du bon ;-))

        • Reply
          elise
          29 septembre 2015 at 21 h 04 min

          Pfff quelle plaisir, félicitations mme Oenologie 😉

          • Sophie
            30 septembre 2015 at 10 h 27 min

            Ah ah je suis démasquée 😉

          • elise
            30 septembre 2015 at 17 h 03 min

            :-)

  • Reply
    alice
    22 septembre 2015 at 18 h 28 min

    Je vois une personne rayonnante sur cette belle photo! Choisie par hasard? 😉 Allez, tout va bien! Courir est en soi une telle chance. Mais je suis bien plus vieille que toi et je cours depuis bien longtemps. Alors à force, on ne court plus après les mêmes choses!

    • Reply
      elise
      23 septembre 2015 at 14 h 28 min

      Ah en fait c’est la seule photo que j’avais. Dès que le site en publie j’en mets une où je souffre pour de vrai pour vous montrer…

  • Reply
    Demain: 10km Nike Paris centre Thank God I run Thank God I run
    3 octobre 2015 at 22 h 00 min

    […] je vais les finir ces 10k (sauf blessure ou ratage de caniveau, tu vois le genre). Mais après la ratade monumentale des 10K de Polytechnique (enfin, pour certains qui m’ont demandé, j’ai fait 53 minutes […]

  • Reply
    Un club pour la vie Thank God I run Thank God I run
    10 octobre 2015 at 19 h 56 min

    […] de l’athlé dans leur prime jeunesse. Du coup, le noyau dur du groupe est fort. Je le disais là, les filles mettent en gros 40 à 45mn au 10km. Beaucoup sont marathoniens voire ultratraileurs. […]

  • Reply
    Un an de Thank God I run Thank God I run Thank God I run
    21 novembre 2015 at 19 h 30 min

    […] partagé avec vous:  mon premier trail blanc, mon premier marathon, mon premier triathlon, mon premier 10K sous pression, mais aussi à toute allure dans la mise en place du […]

  • Reply
    10 techniques pour chopper une runneuse (ou la garder) Thank God I run Thank God I run
    12 décembre 2015 at 22 h 54 min

    […] B. Tu as un benchmark relatif: tu sais ce qu’elle vaut et ce qu’elle espère valoir. Tip: note bien les temps de ta femme aux différentes épreuves qu’elle court. Rien de plus cool qu’un mec qui te dit « wow, 47mn 12, attends t’as fait 53 secondes de mieux que d’hab, c’est TOOOP » et qui te console quand tu t’écroules en pleurant parce que tu as mis 53mn au 10Km. […]

  • Reply
    De la pression – Thank God I run
    8 février 2016 at 21 h 26 min

    […] qui m’ont énervées) que je peux le faire. Et quand je n’y arrive pas, c’est LE DRAME. Suis du genre à m’effondrer en pleurant sur une ligne d’arrivée, laisser limite […]

  • Reply
    Clémence
    6 mars 2016 at 15 h 28 min

    La contre perf’ je me la suis prise de plein fouet ce matin sur le semi de Paris, je pensais faire autour de 1h55 ou moins (et là, 1h59 génial…)
    En pleine prépa pour le marathon d’Annecy qui est mi-avril, j’arrive à faire des SL de 20-21k autour de 5’30 sans trop trop souffrir…
    Du coup, je rachète un dossard pour le semi en mode: « Oh ba je le ferai tranquille, on verra, ça sera toujours ça de pris pour le marathon » (la blague, comme si je n’espérais pas faire un temps quand même…)
    Et là ce matin impossible. Pas de jambes, l’impression de subir la course tout le long, et je ne pouvais pas me détacher de ma montre, qui me montrait bien que je n’arriverais pas à faire aussi bien que sur mes dernières sorties longues.
    Franchement, je ne comprends pas comment ça a pu aussi mal se passer, et ça m’angoisse beaucoup pour le marathon !

    • Reply
      elise
      6 mars 2016 at 15 h 33 min

      Clémence il ne faut pas que ça t’angoisse, mais il faut essayer de comprendre et ne pas le prendre à la légère. Peut-être que ton corps te dit que tu es trop fatiguée en ce moment, que tu fais trop de sorties longues ? Peut être que des événements extérieurs te fatiguent ou te stressent récemment ? En tous cas interroge toi sur cette baisse de forme. Mais si ça peut te rassurer, l’an dernier je faisais 1,53 facile sur la distance et cette année, comme toi, un beau 1h59 dont j’ai très honte… mais tant pis. On peut pas toujours être au top. Good luck pour la suite de la prépa.

  • Reply
    Clémence
    6 mars 2016 at 19 h 18 min

    Il y a un bon mélange de tout ce dont tu parles à mon avis.
    Donc on va dire que c’était un jour sans, garder le smille et continuer à s’entrainer pour le marathon sans se mettre la pression!
    Tu t’entraînes moins en course en ce moment non? Dès que tu vas te remettre à t’entrainer davantage, c’est sur que tu vas refaire ce genre de chronos (en attendant, savoir faire du vélo, j’admire, c’est encore un handicap chez moi…)

  • Reply
    La 10km Paris-Centre de Nike – We Run Paris – Thank God I run
    2 octobre 2016 at 22 h 30 min

    […] sans musique (même si j’ai déjà couvert la distance sans écouteurs sur des triathlons) et la dernière fois que j’ai suivi quelqu’un, ça ne s’est pas très bien fini…tant pis, maintenant que j’ai motivé Sam à se […]

  • Leave a Reply