LIFESTYLE TRAINING

8 bienfaits inattendus du running

Screen Shot 2015-09-23 at 23.13.41

Oui oui on sait, courir protège contre l’obésité ou le diabète, est bénéfique pour le coeur et permet de s’accorder des mojitos sans trop culpabiliser. Mais voilà quelques autres raisons pour lesquelles on peut aussi courir.

1 . Courir protège contre le froid

La perspective des jours qui se couchent à 18 heures et du froid qui te glace le sang dès que tu sors ne te remplis pas de joie ? Sans blague. Et bien figure toi que quand tu cours régulièrement, tu n’appréhendes plus la saison froide avec autant d’anxiété. D’ailleurs, tu as même moins froid ((je crois qu’il y a un phénomène physiologique derrière ça, je te laisse chercher sur Wikipédia)

Et comme tu cours quoi qu’il arrive en fait,  ben tu t’habitues à être dehors par tous les temps. Et tu te sens quand même vachement warrior.

2. Courir donne du sens à ta vie (rien que ça)

Une amie me disait cette semaine «quand j’ai entrainement le soir, ça me fait une deuxième chance de donner un sens à ma journée». Et je dois avouer qu’elle a tapé dans le mille. Je n’étaye pas plus mes propos,  si tu te sens concernée, tu comprendras aussi.

3.  Courir fait dormir

Tu avais une fâcheuse tendance à l’insomnie ? Ou disons que tu cogitais pas mal sur ta journée en te couchant le soir ? Et ben voilà. Cette ère est révolue. Maintenant, quand tu reviens de ton 10K tri-hebdomadaire (ou quelque chose comme ça), tu dors comme un bébé.
Enfin, pas comme le mien de bébé, qui donc ne dort toujours pas.
A 4 ans.
Mais ça, c’est une autre histoire.

4. Courir te rend sportif

Je sais pas toi mais le running m’a vachement ouverte sur les autres sports. Contrairement à ce que je dis .  Maintenant, j’ai envie de faire à peu près tout ce qui se pratique en compétition, du surf au tennis en passant par l’escalade. C’est limite si je regarde pas le foot à la télé. C’est dire.

5. Courir développe le sens de l’orientation

Quand tu cours, arrive forcément un jour où ta copine de runinng a un nouveau mec/un nouveau boulot/ un nouveau chat/la flemme et ne peut pas venir avec toi.
Du coup, tu finis par prendre ton courage à deux mains et tu te retrouves seule à imaginer un itinéraire de 15 bornes en plein bois de Vincennes. C’est comme ça que tu te retrouves à Joinville le Pont sans trop savoir comment (ça sent le vécu hein) et que tu dois te débrouiller pour rentrer par tes propres moyens alors que la batterie de ton iphone t’a lâchée depuis belle lurette. Bref, le running développe le sens de l’orientation.

6.  Courir préserve ton couple

Il est 21 heures, tu rentres de ta séance du soir après une dure journée.
Tu marches sur un logo qui traine, tu te rends compte que les enfants ne sont pas couchés, que l’ainée à une otite et que ton mec a passé ton cachemire préféré à 60 degrés (non non, ce n’est pas du vécu. Chez moi tout est impeccablement rangé, les Lego ne trainent jamais et mon mec sait faire une lessive -ça, c’est vrai- dieu merci.)

Mais tu es ZEN. Super ZEN même. Parce que tu viens de courir. Et du coup tu lui proposes de lui faire couler un bain. Ton avenir conjugal est préservé.

7. Courir permet de moins rater le bus

Je te fais pas un dessin. Si tu cours vite et longtemps, tu peux plus facilement aller choper le 62 qui va partir sans toi…(le prochain est dans 22 minutes).

8. Courir permet d’apprendre la vie à la bitch du service compta

Enfin, dans ton cerveau au moins. Le temps de ta course, tu lui dis ses 4 vérités à la vieille bique qui t’a piqué ton job/tes dossiers/ tes potes.
En plus, elle est même pas cap de les courir, ces 10 km à 11 à l’heure.  Et quand tu arrêtes de courir, tu te sens vachement mieux.
Pour un peu tu lui amènerais le petit déj au bureau demain.

NB ceci n’est pas une expérience personnelle, je n’ai rien contre les nanas de la compta de mon bureau, à vrai dire, je ne les connais même pas mais je suis sûre qu’elles sont charmantes

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply
    5autourdumonde
    24 septembre 2015 at 6 h 30 min

    Pour le sens de l’orientation, je ne suis pas totalement sûre, mais pour le reste je suis bien d’accord!
    Bonne semaine et bon Paris-Versailles!

  • Reply
    Lise
    24 septembre 2015 at 9 h 20 min

    Pour le froid c’est assez logique : tu es plus musclée, le muscle brûle des calories même au repas, et quand on brûle des calories on produit de la chaleur (même au repos) :)

    et pour le point 8 je plussoie grave!! (chez moi elle est pas à la compta mais c’est la seule différence 😉 )

    Bonne journée !

    • Reply
      Lise
      24 septembre 2015 at 9 h 22 min

      ok je me relis et c’est incompréhensible, je la refais :

       » Pour le froid c’est assez logique : tu cours régulièrement donc tu développe ta masse musculaire, du coup tu es plus musclée, or le muscle brûle des calories même au repos (et non pas au repas! 😉 ) , et quand on brûle des calories on produit de la chaleur (même au repos) : donc on a moins froid ! »

  • Reply
    Marie N
    24 septembre 2015 at 19 h 59 min

    Excellente liste!
    J’expérimente presque au quotidien le 6, 7 et 8.
    Le 2 m’a fait réfléchir :-)
    Quant au 3, disons que la personne qui a inventé l’expression « Dormir comme un bébé » devait n’avoir que des filles. Avec 2 garçons, cela fait 5 ans que je ne dors pas.
    Le 1 et le 5, ce sont des bienfaits que j’attends impatiemment. Hier soir j’ai fait 3 fois le tour de la place St Augustin avant de retrouver le chemin que j’avais pris à l’aller. Bon il faut dire que courir de nuit, sans lunettes, ça n’aide pas…. Je crois que je vais devoir sacrifier l’élégance sur l’autel de la performance et investir dans un cordon pour tenir mes lunettes.

  • Reply
    Sabine
    24 septembre 2015 at 22 h 12 min

    Aaaaaah courir après le 62. Pour moi, c’est beyond du vécu (25 ans de ma vie ?!). Toi qui fais partie du PUC, essaie le softball aussi (et cricket of course !).

  • Reply
    Ma fine bouche
    28 septembre 2015 at 13 h 33 min

    Mais bien sûr que tu as raison, je n’y pensais pas à tous dans l’absolu, mais c’est vrai. En revanche, quand je reviens du fractionné le soir, je suis plutôt très excitée, alors il me faut un moment pour redescendre.

    Pour ma part courir ne m’a pas rendu sportive, je l’étais déjà avant, en revanche cela m’a rendu clairement plus résistante face à l’effort sportif. La course a pied est radicale dans ce sens pour moi.

  • Reply
    roger florence
    13 mai 2016 at 21 h 00 min

    bel article qui résume bien, le bois de Vincennes est sympa, avec plein de chemins différents, on peut passer par la piste cyclable également avec le côté route ou chemin au choix, par contre , il arrive parfois que ces messieurs à vélo s’encanaille avec une ou deux remarques en passant, ça j’avoue , je suis moins fan, un petit tacle verbal quand tu passes à côté d’eux, une fois j’ai même entendu ; elle a faim ! mais qui sont ces mecs à vélos ! la piste n’est pas que pour eux, on ne les gène pas, on est sur la bas côté de la route, et puis c’est sympa de les voir faire du vélo, au contraire, chacun fait son sport, je trouve ça fun.
    puis enfin quand tu rentres, toute dégoulinante de sueur et qu’en prenant le bus, tu pues et que la personne ne va pas s’assoir à côté de toi parce que tu sens, et puis les gens que tu rencontres vers chez toi, et qui te voies avec tes baskets aux couleurs flashies, tes vêtements à la warrior, et qu’une fois rentré , tu entends (vu que j’habite au premier) encore des remarques sur ton passage, parce qu’en appartement Paris Habitat, visiblement , ça passe moyennement que tu fasses ce sport, là dans ce type d’endroit , le week-end, c’est plutôt, la promenade du week-end chez le simply ou le Franprix du coin puis le canapé -télé pour le restant de la journée parce que ici , on est vieux avant l’heure…je les vois pas trop les sportifs, du coup je reste sobre sur le vêtement ,…
    à une prochaîne

  • Leave a Reply