LIFESTYLE SANTE TRAINING

7 idées pour survivre à septembre

La rentrée J + 15.

Ce qu'on aimerait bien faire. Ah zut, Wonder Woman, c'est nous

Ce qu’on aimerait bien faire. Ah zut, Wonder Woman, c’est nous

Tu as l’impression lectrice que tes vacances au Cap Ferret/ dans les Pouilles/ sur le lac de Côme/ dans le sud de la France ou à l’ile de Ré sont déjà bien loin ? (si tu n’es pas partie à un de ces endroits, tu n’es sans doute pas parisienne, c’est pas grave, ça arrive à des gens très bien).

Rassure-toi, tu es parfaitement normale.

C’est que, entre la reprise du boulot (j’veux pas y allllleeeeer) avec budgets et stratégies  2016, la reprise des enfants (finalement maman, va me falloir un cahier moyen format, petit carreaux à spirales et avec 283 pages précisemment elle a dit la maîtresse), la reprise des activités extra-scolaires (danse à 14h, judo à 14h10, ah flute, j’ai oublié ton cache-coeur et la ceinture du kimono dans le sèche linge) et les obligatoires maladies de rentrée, ben il est loin le temps où on se faisait une petite sieste à 15 heures en famille hein.

Et du coup, t’es déjà à plat. A J+15.
Alors que les courses de rentrée vont bientôt commencer (enfin sauf si tu fais la Parisienne mais c’est pas une bonne idée, t’as pas lu ça ?)

Comment faire ? Loin de moi l’idée d’avoir LA solution absolue, je galère tout comme toi. Mais j’essaie deux-trois stratégies pour garder mes niveaux d’énergie au plus haut.

1. La sieste

Totalement assumée. Samedi ET dimanche. Enfants à la sieste si ils sont vaguement en âge de la faire (jusqu’à 7 ans en gros, si, si) et sinon devant leurs devoirs ou DS. Pére casé devant l’ordi. Et maman qui larve sur le canapé. Deux grosses heures.

La 5ème lessive de la journée et la cotisation pour la gym attendront un peu.

2. On s’écoute

Quand on n’en peut plus, en faire plus va seulement vous pousser à bout. Du coup, oui j’ai mes affaires de piscine mais non, je n’irai pas aujourd’hui. Même wonderwoman a droit à un jour de repos imprévu.

3. On se met moins la pression

L’an dernier à la même époque. J’avais un voyage à New York qui enchainait avec un à Marrakech et un à Londres. Et je préparais ultra sérieusement le Paris-Versailles.

Résultat je me sus bien blessée et je ne me suis totalement remise qu’en décembre.

Cette année je suis inscrite au Paris-Versailles (entre autres) également. Mais je sens que la période n’est pas dingue propice aux records persos. Donc tant pis. Je me ferai une ou deux côtes avant le jour J mais pas plus de pression que ça.

Et le pire c’est que ça risque de mieux marcher comme ça.

4. On réapprend à courir pour le plaisir

Cet été, au bord de la mer, tu courais et tu aimais ça ? A Paris aujourd’hui, sous la pluie, les fractionnés ont plus de mal à passer ? Pas le moment de se dégouter de la course.
Il fait froid, l’organisme n’a plus l’habitude de tant de contraintes. Pourquoi ne pas juste se faire un petit jogging sans montre pour renouer avec le plaisir de courir avant d’attaquer les contraintes de l’entrainement ? (genre je suis capable de faire un petit jogging sans montre, héhé…)

5. On soigne ses bactéries

La température qui baisse, des enfants malades, un corps qui passe d’un mode zen à un mode « au secours » en quelques jours, et c’est l’assurance d’une bonne crève de rentrée.

On n’en a franchement pas besoin.

Alors pour éviter ça, on se bourre de probiotiques. Tu connais mon talent pour les explications scientifiques, je sais pas exactement comment ça marche mais apparemment ça fait du bien à tes gentilles bactéries qui luttent contre les méchantes.

Bref, ça aide à garder le cap.

6. On fait un check-up 

Dans le même genre, je sais que ton emploi du temps est blindé mais aller voir un ostéo en cette période de l’année n’a rien d’un luxe.

Tant que tu y es, tu peux aussi refaire tes semelles chez ton podologue (si elles ont un an, il est temps), et prendre les RV avec dentiste and co avant l’hiver.

7. On envisage l’avenir

Je sais, je sais, les prochaines vacances sont à perpette. Noël parfois même.
Mais rien n’empêche de se regarder un petit semi à l’étranger entre temps. Ou de rêver sur un marathon hors de France.

Et puis si on est vraiment trop mal barré, et ben la nouvelle collec’ Nike doit pouvoir remonter le moral non ? Allez, un p’tit legging pour tenir jusqu’à l’automne ?

You Might Also Like

  • Karine
    13 septembre 2015 at 21 h 30 min

    Ou aussi un fondant au chocolat mis à cuire avec des carrés de chocolat noir dedans, c’est pas mal :)