Monthly Archives

décembre 2015

    LIFESTYLE

    10 techniques pour choper une runneuse (ou la garder)

    Parmi les lectrices de Thank God I run, il se trouve qu’il y a des lecteurs. Si, si.

    Et comme en ce moment c’est l’esprit de Noël à fond, Jingle Bells dans tous les sens, j’ai décidé, lecteur, de te faire un cadeau de Noël pour te remercier de venir trainer sur un blog de filles.

    Du coup, je vais te résumer quelques techniques qui te permettront à n’en pas douter d’éviter le rateau avec la runneuse que tu as repérée.
    Note bien que ça marche aussi si ta femme a soudainement décidé de se mettre à la course à pied.

    Tu verras, il y a plus subtil que les massages post séances pour chauffer. Si, si.

    1. De la runneuse, jamais tu ne te moqueras

    Oui ok, elle ressemble à Calimero avec son bonnet de running en hiver.
    Ok, la médaille qu’elle vient de gagner fait médaille en chocolat à fond.
    Ok, « GORE » c’est nul comme nom sur un t-shirt (mais on l’adore notre t-shirt Gore à 150 euros).
    Mais ça, jamais tu ne lui diras si tu veux une chance de rester dans son entourage.

    2. Du temps pour s’entrainer, tu lui laisseras

    Ah ben ouais, c’est bien sympa de vouloir la voir tous les soirs après le taf, mais elle s’entraine quand ta belle hein ?
    Idem une fois en couple, la grasse-mat’ du dimanche, c’est top mais bon, si on pouvait éviter le déjeuner à midi chez les beaux-parents- qui plombe toute tentative de sortie longue- ce serait mieux.

    3. Jamais d’excuses tu lui trouveras

    « Allez, quoi, tu vas pas courir avec ce temps là ? » « Un verre de vin à une semaine du marathon, ça va pas te tuer » « Quoi ? tu ne prends pas de baba en dessert, attends il est super bon ?? »
    Dire ça à une fille qui court un peu sérieusement, c’est s’assurer l’étape « va directement en prison sans passer par la case départ ».

    4. Des benchmarks, tu auras

    A. Un benchmark absolu: ta target court le 10K en 1h, elle est normale (si elle s’entraine beaucoup, c’est quand même moyen mais bon, on lui dira pas), en 50 mn, elle est correcte, en  45mn, elle est très forte, en 40, t’as une championne sous les yeux. Bref, tu vois l’idée.

    Il faut que tu saches à peu près ce qu’elle est censée valoir sur les grands temps (10K/semi/ marathon).
    Attention: si ta future nana t’annonce qu’elle fait le marathon en 2h15, c’est une mytho (ou alors elle se moque gentiment de toi).

    B. Tu as un benchmark relatif: tu sais ce qu’elle vaut et ce qu’elle espère valoir.
    Tip: note bien les temps de ta femme aux différentes épreuves qu’elle court. Rien de plus cool qu’un mec qui te dit « wow, 47mn 12, attends t’as fait 53 secondes de mieux que d’hab, c’est TOOOP » et qui te console quand tu t’écroules en pleurant parce que tu as mis 53mn au 10Km.

    5. La nature de son effort, tu comprendras.

    -« Ah oui, Elise elle a fait un marathon la semaine dernière »
    -Non, en fait c’était un semi-marathon.
    – Ah ben c’est quasi pareil, non ? »

    Bon, je ne vais pas vous mentir, cette phrase n’émanait pas d’un mâle quelconque (le mien est LARGEMENT au dessus de ça) mais de ma mère (maman si tu me lis, je t’aime même si tu ne comprends pas ces nuances).

    Mais toute coureuse comprendra qu’un type qui ne saisit pas ce genre de subtilités n’a AUCUNE chance avec elle. Mais alors, aucune.

    6. De jouer au coach, tu éviteras

    Si ton nom n’est pas Kilian ou Dennis, et qu’en plus tu n’es même pas passé par la case STAPS, évite de proposer des plans d’entrainement, de commenter une foulée ou de tenter de faire faire des éducatifs à ta copine. Pour le coup, le mien a tenté il y a 7 ans de cela. Et il s’en souvient toujours.

    7. Du support tu lui apporteras

    En revanche, cuire un Gatosport la veille d’une course, repérer un itinéraire et être présent plusieurs fois sur une course, l’encourager à chausser ses baskets quand il fait froid, voire courir avec elle de nuit, ça c’est tout bénéf pour toi.
    Et même un petit « like » sur Strava, ça rapporte des points dans la vraie vie.

    8. Que tu es un vrai mec tu lui montreras

    J’ai une mauvaise nouvelle pour toi Homme, mais y a quand même difficilement moins sexy qu’un mec plus mauvais que sa nana.
    Je dis ça et pourtant je suis une féministe de la première heure, horripilée par les courses de filles et tout le tintouin. Mais rien à faire, un mec ne peut pas trainer la patte au bout de 20 petits kilomètres ou avoir du mal à te suivre à seulement 12 km/h ET te faire rêver.
    Bon, me concernant, c’est pas trop dur d’être plus sportif et plus performant que moi, mais je connais quelques filles qui ont genre 17 de VMA pour qui le challenge est plus corsé.

    Tu sais ce qu’il te reste à faire.

    9. Qu’elle est lente, jamais tu ne lui laisseras croire

    A l’inverse, rien de pire que le type avec qui tu traces un petit footing et qui te mets 100 mètres dans la vue  dès la première minute et se retourne en te lâchant : « ben alors, tu viens ? »
    Alors oui, je viens, et si je pouvais même venir plus vite pour te laisser plus vite, je le ferais vois-tu…

    10. Evitez de dire à votre copine que c’est une touriste du running.

    Ah non pardon, ça c’est une private joke.

    Alors c’est qui la vraie mère Noël 2015 hein ? Nan, ça va, me remercie pas….